• Accueil
  • > Recherche : université tizi ouzou bastos

Résultats de votre recherche

Ifferhounene destination touristique des étudiants et étudiantes de Tizi Ouzou

Posté par rcdbrto le 24 juin 2010

 

La commune d’Ifferhounene est devenue une destination touristique prisée par les étudiants et les étudiantes de l’université de Tizi Ouzou. Durant le week end dernier une autre excursion a été organisée par le comité des étudiants de Bastos, après ceux de Oued Aissi.

Quelque deux cents étudiants et étudiantes ont pris la direction du site féerique d’Azrou n T’hour dans les montagnes du Djurdjura.

p1020895.jpg

L’accueil chaleureux réservé à chaque fois aux universitaires par le président d’APC d’Iferhounen, Hamid Ait Said a été fortement apprécié par les invités.

Ces  sorties ont permis à notre jeunesse de découvrir la commune, ses beaux paysages et de revisiter notre histoire. Le village natal de l’héroïne Fathma N’Soumer était une halte obligatoire.

L’absence totale d’infrastructures touristique dans une région qui présente des atouts certains résument le sort réservé  par le pouvoir à
la Kabylie, ce qui fait dire aux étudiants « à quoi servent réellement les directions et surtout celle du tourisme de la wilaya ? ».

Après, un bol d’air frais en pleine montagne, Hamid Ait Said a convié ses hôtes à un couscous  au nouveau CEM de la commune.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Des étudiants de l’Université de Tizi Ouzou brutalement agressés par les forces de la répression

Posté par rcdbrto le 7 avril 2009

mm.jpgDes centaines d’étudiants affiliés au comité estudiantin pour le droit à l’insoumission (CEDI), de l’université Mouloud Mammeri, ont été empêchés hier matin, 06 avril, de gagner la ville d’Azazga. Ils devaient participer à une marche organisée pour exprimer le rejet de la consultation électorale du 9 avril.

Ils se sont retrouvés, dès le début de la matinée, face à un dispositif sécuritaire impressionnant  qui leur a interdit de franchir le portail des campus de Oued Aissi et de Bastos, les empêchant ainsi d’emprunter la voie menant au lieu de leur rendez-vous.

Les forces de l’ordre ont été particulièrement brutales.  Ils ont fait descendre les étudiants des bus et les ont empêchés de prendre d’autres moyens de locomotion pour rejoindre la ville d’Azazga. Il faut dire que Ouyahia devait y tenir un meeting.

Les étudiants du campus de Oued Aissi, révoltés, ont tenté d’occuper la RN 12. Ils sont passés à tabac par les services de la répression.

De nombreux étudiants ont, toutefois, pu arriver à Azazga. Ils ont participé à une marche qui s’est dirigée vers le siège de la daïra où a été accroché une banderole portant l’inscription « la Kabylie n’est pas à vendre ».

Un étudiant brandissant un drapeau noir a réussi à pénétrer dans la salle omnisport où Ouyahia tenait un meeting.

Voici l’appel à la marche lancé par ce comité d’étudiants

 

UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU

COMITE ESTUDIANTIN POUR LE DROIT A L’INSOUMISSION

COMMUNIQUE

L’assassinat de 126 jeunes en Kabylie, l’amnistie des terroristes qui ont ôté la vie à des milliers d’Algériens, le détournement de  l’argent du peuple par l’institutionnalisation de  la corruption, le musèlement de la presse, l’asservissement des syndicats et l’avilissement de la constitution du pays constituent le bilan  de Bouteflika qui se représente pour un dernier objectif : humilier, violer et soumettre définitivement la conscience des Hommes libres.

L’administration, les organisations de masse, l’ensemble des corps constitués, la presse et les moyens audio-visuels sont mis au service du président candidat pour accomplir cette ignoble besogne. Ces vendus sans idéal, sans principes et sans conscience doivent savoir que la trahison ne se pardonne pas.

C’est dans ces conditions que beaucoup d’algériens en sont venus à remettre en cause le sens du vote. Qu’est-ce que le suffrage universel, lorsque, dans certaines circonstances, il devient soumission honteuse ? N’y a-t-il pas de cas où le refus est un devoir sacré, où le deuil signifie le respect courageux du vrai ? Et lorsque, la fraude est utilisée comme instrument de détournement de la volonté populaire, le boycott devient le dernier bouclier des  démocrates.

Aujourd’hui, plus que jamais, il est nécessaire aux nouvelles générations de reprendre le flambeau, d’une autre manière, avec des tâches plus urgentes, plus impératives et plus courageuses face à un régime qui ne cesse de falsifier l’histoire, d’assassiner la mémoire et de brouiller les repères.

Faut-il rappeler qu’un fleuve de sang nous sépare du groupe d’Oujda et  que la mémoire de Abane, Amirouche, Krim et autres martyrs réclame justice ?

Jeunesse de Kabylie, notre devoir nous appelle à honorer le combat de nos ainés, à parachever  la lutte  pour l’édification d’une République démocratique et sociale énoncée au congrès de la Soummam et  portée par plusieurs générations de militants.

Une résistance contre la soumission est née, par une prise de conscience spontanée, cherchant et inventant des formes d’actions et des moyens de lutte en rapport avec leur temps pour :

- Dire non à la mascarade du 09 Avril 2009.

- Dénoncer tous les « vendus » de la région.

- Et pour que vivent les valeurs de la Soummam et du printemps berbère.

                                                                                       CEDI, Le 05/04/2009.

 

 

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique