• Accueil
  • > Recherche : rcd tizi ouzou

Résultats de votre recherche

L’APW de Tizi Ouzou organise le premier Salon National de l’Artisanat

Posté par rcdbrto le 22 avril 2009

L’Assemblée Populaire de la Wilaya de Tizi-Ouzou organise, à l’occasion du 29ème anniversaire du Printemps Amazigh, du 22 au 27 Avril 2009 à la Salle omnisports Said Tazrout, le 1er Salon National de  l’Artisanat,
Ce Salon regroupera 172 artisans représentant 37 wilayas dont 112 hors wilaya de Tizi-Ouzou et 50 % de femmes, il est organisé en partenariat avec la Chambre de l’Artisanat et des Métiers, l’Association culturelle Amusnaw, la Direction de la Jeunesse et des Sports, l’Office des Etablissements de Jeunes et la Direction de l’Education.

document035.jpg

Message du Président de l’APW

L’ARTISANAT, UN PATRIMOINE A PRESERVER ET A PROMOUVOIR

Dans le cadre de la célébration des festivités du 29ème anniversaire du Printemps Amazigh, l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou décide de marquer cet événement mémorable par la tenue d’un Salon national de l’artisanat, comme elle l’avait fait l’année précédente à la même occasion en organisant des journées d’études sur l’Amazighité.
Pourquoi un Salon national de l’artisanat ?      
L’artisanat constitue une activité principale dans la vie économique et sociale depuis la nuit des temps. Elle est pratiquée comme source de vie dans les sociétés traditionnelles comme c’est le cas du travail de la terre notamment en milieu rural.

En l’absence de moyens modernes actuels, jadis, les familles rurales ont subsisté grâce aux travaux manuels qu’ils utilisaient pour subvenir à leurs besoins que ce soit en habillements, ustensiles ménagères, voire comme outils de divers usages. Il s’agit entre autres des métiers du tissage, de poterie, de bijouterie, de gravures ou sculpture sur pierre ou sur bois, de logis traditionnel, etc.          
Dans notre wilaya tout comme sur le territoire national, cette activité ancestrale authentique se doit d’être sauvegardée et préservée comme patrimoine culturel, économique et social.
L’artisanat constitue aussi un des segments de notre identité culturelle. Dans notre wilaya, des fêtes annuelles artisanales sont organisées à travers plusieurs localités à l’instar de la fête de la poterie de Mâatkas, des bijoux d’Ait Yenni, du tapis d’Ait Hichem, etc.    
De ce fait, la promotion de l’artisanat doit être une vocation pour notre pays. C’est l’une des préoccupations de notre Assemblée. Et c’est pour cela que nous nous attelons à organiser un Salon national qui regroupera outre les artisans de différentes régions d’Algérie, la Chambre de l’Artisanat et des Métiers de la wilaya de Tizi-Ouzou, l’Association culturelle Amusnaw, les professionnels du secteur avec la collaboration de la Direction de la Jeunesse et des Sports, de l’Office des Etablissements de Jeunes et de la Direction de l’Education, pour échanger des expériences et des points de vue sur le devenir de cette activité ancestrale.     
L’APW de Tizi Ouzou a inscrit dans son programme la prise en charge de ce secteur. C’est ainsi que ce salon servira à offrir un espace d’échanges des expériences et de savoir-faire, il permettra aussi aux participants de promouvoir leurs produits. C’est aussi une opportunité pour notre Assemblée de cerner les entraves et de prospecter les voies et moyens appropriés pour soutenir la corporation en l’aidant à mieux s’organiser pour devenir un secteur attractif et surtout perpétuer les métiers manuels.

Mr.IKarbane
Président de l’APW de Tizi-Ouzou

document036.jpg

 

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

Les créanciers montrent les dents.

Posté par rcdbrto le 20 avril 2009

Le directeur de campagne de Bouteflika dans la wilaya de Tizi Ouzou est harcelé en permanence par ses nombreux créanciers. Certains, à qui il a du promettre de « grosses choses », n’ont pas hésité à passer à l’acte pour recouvrer leurs dûs.

La presse se fait le plaisir de rapporter ces désormais « faits divers ».

Au fait, a-t-il seulement été invité à l’investiture du maître?

document034.jpg El Watan 20 avril 2009

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Sale temps pour Ould Euro

Posté par rcdbrto le 18 avril 2009

euros2.jpgOuld Euro a usé et abusé de promesses en tous genres pour acheter des soutiens à Boutef dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Bien sûr, il n’y avait aucune limite aux promesses à faire. L’essentiel pour lui était de grossir les rangs des courtisans. Du simple poste de travail au règlement d’un contentieux avec la justice en passant par l’obtention d’un crédit bancaire, on pouvait tout obtenir en fonction, tout de même, de son classement sur l’échelle des besoins sociaux et du désespoir. Aux plus avides, il a même promis des appartements. Naturellement, Ould Euro n’avait pas l’intention de respecter ses « promesses ». Agissant en petit caïd local, il est censé savoir que dans « le milieu », on ne rigole avec ce genre de choses et quand on ne tient pas ses engagements, surtout quand il s’agit d’argent, certains vous le font payer cash d’une manière ou d’une autre. Le soir même du simulacre d’élection, une véritable descente a eu lieu au QG de la fraude et Ould Euro a été pris à partie et sommé de tenir ses promesses, toutes ses promesses.
euros.jpgLes mauvaises langues disent même qu’il a supplié et pleuré toutes les larmes de son corps pour obtenir un suris. Un ultimatum d’une semaine lui a été accordé faute de quoi, ses « amis » ne répondront de rien.

Les temps seront durs, très durs pour Ould Euro.

 

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Le siège du directoire de campagne de Bouteflika à Tizi Ouzou à nouveau assiégé

Posté par rcdbrto le 13 avril 2009

Quelques dizaines de jeunes sont revenus à la charge, ce jour 13 avril, pour exiger du directeur de campagne de Bouteflika d’honorer ses engagements et ses promesses. Ces personnes mécontentes, dont le nombre commence à s’accroître, ont crée aujourd’hui une situation d’émeute qui n’a pas dégénéré parce que les services de polices ont intervenu pour calmer les esprits.

Ces jeunes sont venus réclamer, dossiers à la main, une réponse aux engagements pris à l’occasion des meeting et rencontres tenues à travers la région par les membres du staff de campagne de Bouteflika. Travail, aides sociales, prêts bancaires, dossiers ANSEJ, etc., sont les promesses tenues et que ces personnes en colère sont venues rappeler à Ould Ali. « Votez pour Bouteflika et nous réglerons tous vos problèmes ». Des dossiers ont même été remis durant les rencontres que ce dernier (Ould Ali) a eu avec quelques citoyens attirés par les promesses faites ici ou là.

Ould Ali, faut-il le rappeler, se fait maintenant rare, très rare. Même son téléphone est aux abonnés absents. Il faut dire qu’il en a pris, des engagements et que ceux-ci ont suscité des convoitises et des courtisans…opportunistes.

A l’heure où nous donnons ces informations, ces jeunes dont le nombre ne cessent de grandir, malgré le mauvais temps qui sévit à Tizi Ouzou, attendent toujours que le représentant de Bouteflika se montre.

Pourtant, les protestations de tous ces jeunes resteront vaines. Ould Ali a travaillé pour lui.  Uniquement pour lui. Les personnes qu’il a « utilisées » sont le dernier de ses soucis.

Même lui joue sa place. A en croire Ould Abbès, le courtisan en chef et super ministre, il est inutile d’attendre des dividendes du soutien que les uns et les autres ont apporté au candidat Bouteflika. Le ministre aurait même été étonné par le nombre impressionnant de flagorneurs  en attente de quelques choses. Il aurait dit que « toutes les places sont prises ».

Pôvre Ould Ali, la désillusion ne fait que commencer.

document031.jpgle soir d’algérie 13/04/09 2009

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Le chantage et les intimidations n’ont pas eu raison de la volonté de dire non

Posté par rcdbrto le 11 avril 2009

document030.jpgphoto inspirée du quotidien El Khabar

Le forcing électoral exercé par l’administration dans la wilaya de Tizi Ouzou, à l’encontre des électeurs, par le chantage et les marchandages, s’est  vérifié par l’envahissement des mairies tôt le matin par des jeunes qui demandaient aux P/APC de leur délivrer des cartes de vote afin d’y faire porter la mention « a voté ».

Faut-il signaler que des dizaines de citoyens ont du céder au chantage mais… en votant à blanc. A titre illustratif, les commune de Béni Douala et de Bouzeguène ont enregistré respectivement 27% de bulletins nuls sur les suffrages exprimés pour la première et 15% pour la seconde.  

La peur des représailles du pouvoir a été telle qu’un citoyen de Chaoufa, commune de Mekla, est tombé en larmes après qu’on lui ai refusé de consigner la mention « a voté » sur sa carte d’identité nationale. Il n’avait pas de carte d’électeur. Renseignement pris, il s’agit d’un cas parmi une centaine d’autres auxquels l’administration a promis une aide dans le cadre de l’habitat rural dans un lotissement en voie d’achèvement, pour peu que ces personnes justifient qu’elles ont  voté.

Dans la même commune, dans les villages de Ath khir et de Sahel, les jeunes qui ont voté pour Mohand Said et Louiza Hanoun ainsi que ceux qui ont opté pour les bulletins nuls, ont crié au scandale parce que leurs voix ont totalement disparu au profit du candidat Bouteflika qui se voit attribuer 100% des suffrages exprimés.

A Aït Aggouacha, dans la daïra de Larbâa Nath Irathen, et avant l’entame de l’opération de vote, 193 bulletins du Président-candidat Bouteflika ont été introduits dans l’urne vers 8h 10mn du matin. Ce fait nous a été rapporté par un surveillant d’un centre de vote réquisitionné par l’administration.  

A Tizi Rached, le Président d’APC RND, indigné par le faible taux de participation de son village, s’est tout simplement autorisé le bourrage des urnes au profit de Bouteflika. Il a de surcroît menacé les encadreurs des bureaux de vote de représailles si jamais ceux-ci dénonçaient sa forfaiture.

A Iboudraren, le chef du centre de vote ne montre aucune gêne à revoir à la baisse le nombre d’inscrits sur le fichier électoral, arrêté à 4.130 électeurs, pour annoncer, après le dépouillement un nombre de 3.295 électeurs, soit 835 électeurs de moins. Un moyen de réduire le taux d’abstention.

A Amechras, à l’ouverture des centres de vote, les chefs de bureaux ont fait sortir de façon autoritaire les représentants des candidats afin de bourrer à huis clos les urnes. Résultats : vers 10h du matin, alors que le taux de participation moyen de la wilaya de Tizi Ouzou ne dépassait pas 1%, à Amechras, il était déjà de 4%. Ce taux est passé miraculeusement à 15% à midi.

Dans la commune de Tizi Ouzou, 7 bus transportant des « électeurs » ont été signalés du côté des centres de vote de  Oued Aïssi. Localité désertée par les surveillants des autres candidats. A la nouvelle ville, un va-et-vient permanent de transporteurs publics a acheminé de nombreux électeurs, venus on ne sait d’où, pour pallier à la défection des citoyens de ce quartier de la ville. De plus, il est à noter que plus de 3000 militaires ont voté dans la ville de Tizi Ouzou.  

Pour « donner encore plus de crédit » à cette mascarade, le taux de participation dans la wilaya de Tizi Ouzou annoncé vers 14h par l’administration avoisinait les 12%. Il a atteint, on ne sait par quel miracle, 22% vers 18h. Il a fini, comme chacun le sait et certainement au forceps, par un score de 31%.

Pour anecdote, le taux de participation dans la commune natale du directeur de campagne de Bouteflika n’a pas atteint le taux moyen de la wilaya. En effet, à Aït Yahia, il est seulement de 27%. Quant à la commune de Bouzeguène, région natale de Mohand Oul Hadj, ce taux est de 25%. Comme quoi, les personnes qui représentent le pouvoir en Kabylie ne pèsent rien. Cette région a toujours su reconnaître les siens.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Le directoire de campagne de Bouteflika à Tizi Ouzou assiégé.

Posté par rcdbrto le 9 avril 2009

Dans la nuit de mercredi à jeudi, le siège du directoire de compagne de Bouteflika est pris en otage par environ deux cents jeunes gens, venus exiger d’être payés. Le siège a duré jusqu’à deux heures du matin.

document028.jpg

Ces jeunes gens, qui ont été recrutés par Ould Douro pour animer les différentes permanences électorales ouvertes à travers la ville de Tizi Ouzou, ont eu confiance et ont accepté de travailler sur la promesse d’être payés.  Ils ont, en ce qui les concerne, rempli leurs engagements. Plus que cela, ils ont même fait dans l’excès de zèle, chose qui leur a été exigée par leur employeur du moment. Mais ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire. Ould Douro se fait maintenant rare et « traîne le pied » pour mettre la main à la poche. Qui sait? Il a peut être l’intention de garder le magot pour lui tout seul.

Quoiqu’il en soit, les jeunes gens, qui étaient déterminés à obtenir leur dû, n’ont quitté les lieux qu’après avoir vu Ould Douro. Ce dernier leur a promis de les payer dès samedi.

Affaire à suivre.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Le taux de vote engrossé avant l’heure.

Posté par rcdbrto le 8 avril 2009

urne1.jpg

image inspirée de google

Un minimum de participation est assuré par des mesures policières

1 – Inscription, sur injonction de l’administration, de milliers d’agents des services de sécurité sur les fichiers électoraux des communes de la wilaya où existent des casernes militaires, des compagnies de gendarmerie ou de CNS, sans que ces derniers ne se présentent et sans que ne soient fournies les preuves de leur radiation des communes d’origine. A titre d’exemple, 1300 militaires ont été inscrits à Fréha et près de 1000 à Mechtras … Près de 25 000 sujets au total, faisant partie des corps constitués, ont été nouvellement portés sur les listes électorales de la wilaya.

2 – Les militants RCD et les sympathisants connus du parti ont été arbitrairement éliminés, par les chefs de daïra, des listes des surveillants des bureaux de vote. A l’exemple d’Illoula, de Bouzeguène, de Fréha, etc. Ils ont été remplacés par des personnes acquises à l’administration et au candidat Bouteflika.

3 – Instruction a été donnée aux chefs des centres de vote de ne pas laisser les Présidents d’APC – pourtant premiers magistrats des communes – pénétrer, le jour des élections, dans les bureaux de vote.

Le reste du taux sera-t-il assuré par l’intimidation et les menaces ?

4 – Injonction est faite par les organisations de la « famille révolutionnaire » à leurs adhérents – ou ce qui en reste – de voter massivement le 9 avril, en leur rappelant que le versement des indemnités et pensions se fera avec l’exhibition de la carte de vote portant la mention « a voté ».

5 – Les entreprises publiques et privées de la wilaya ainsi que tous les opérateurs économiques de la région seront comptables du vote de leurs employés. S’ils ne satisfont pas, les représailles tomberont dès le lendemain du 09 avril.

Le directeur de la culture, de l’Ansej, ainsi que celui des affaires sociales doivent justifier les grosses sommes allouées aux associations et donner le compte du nombre de dossiers sujets au chantage. Pour mémoire, le DAS (directeur de l’action sociale) a réuni les associations, à caractère social et qui dépendent de son département, auxquelles il a clairement exigé de soutenir la candidature de Bouteflika et de voter massivement pour ce dernier, faute de quoi point de subventions.                                        

6 – Les services de l’agriculture ont conditionné les dégrèvements et l’effacement des dettes  aux seuls votants du 9 avril.  Des réunions ont été tenues à Azazga, Aït Oumallou, etc., avec des représentants de l’UNPA pour bien expliquer aux fellahs que le soutien de la candidature de Bouteflika conditionne l’attribution de subsides.

7 – Hasard de calendrier ou grossière manipulation, les sinistrés du tremblement de terre de 2003 sont invités après le 9 avril à la wilaya pour que soient étudiés leurs dossiers au cas par cas. Probablement sur présentation de la carte d’électeur !!!  

8 – Les équipes de football communales, wilayales et régionales subiront également ce chantage. Des promesses d’équipements, de stade, de subvention seront faites selon le degré de mobilisation de ces associations sportives et selon le nombre de voix qui seront profitables au candidat Bouteflika.

9 – Les femmes seront aidées financièrement avec des prêts généralisés aux divorcées et veuves à raison de 5000 DA le mois. Les dossiers de demandes sont conditionnés par la présentation de la carte d’électeur portant bien sûr la mention « a voté ».

10 – Pour voir leur doléances aboutir et leurs problèmes réglés, les propriétaires des constructions illicites, notamment ceux qui possèdent des coopératives immobilières, sont sommés, après avoir été mobilisés pour les besoins de la campagne, de voter Bouteflika.

Intimidations et menaces ont marqué la campagne électorale de cette présidentielle de 2009. Des pratiques qui participent de la volonté de soumettre la région par le chantage. L’administration et le directoire de campagne de Bouteflika dans la wilaya de Tizi Ouzou ont usé de tous les moyens pour tenter de conquérir la population et pour l’amener aux urnes.

Ils vont échouer.

La Kabylie ne s’est jamais soumise.

Elle reste fidèle à des valeurs forgées par des décennies de luttes démocratiques.     

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Campagne électorale ou opération militaire ?

Posté par rcdbrto le 7 avril 2009

p1010068.jpgUn aperçu du dispositif sécuritaire mis en place pour les besoins du passage de Bouteflika

C’est avec un étonnant arsenal sécuritaire que Bouteflika (le 28 mars dernier) puis Ouyahia et Belkhadem se sont déplacés à Tizi-Ouzou pour mener leur « campagne électorale ».

Les récentes sorties notamment du premier ministre à Draa El Mizan et Azazga durant les journées du 5 et 6 de ce mois ainsi que celle de Belkhadem à Draa ben Kheda le 5 du même mois ont été accompagnées de mesures des plus draconiennes qui laissent penser que la Kabylie est en « état de siège ». Des centaines de gendarmes et de soldats sont déployés, des barrages multiples et un « quadrillage militaire » sans pareil bouclent des routes entières de la wilaya, bouleversent le quotidien des citoyens.

Résultat de la course, une faible assistance composée essentiellement de policiers en civils, de fonctionnaires et travailleurs des entreprises publiques et privées, rassemblée par la force de la réquisition et le chantage de représailles administratives et du licenciement. La population exaspérée vit cette conjoncture comme une ultime agression. Que peut en attendre Bouteflika le 9 avril ?

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Frénésie et panique

Posté par rcdbrto le 7 avril 2009

Fait inédit et juridiquement répréhensible, la désignation de Ould Ali L’hadi - désormais affublé du sobriquet de Ould Euros – comme directeur de campagne à Tizi-Ouzou, et qui, par ailleurs, cumule illégalement les fonctions de directeur de la culture de wilaya et de la maison de la culture – semble faire des émules malgré l’indignation générale.

 p1010067.jpg La maison de la culture, institution publique devenue QG de campagne de Bouteflika

En effet, à l’issue de la panique qui s’est emparée ces derniers jours du directoire de campagne de Bouteflika en raison de l’indifférence et du désintérêt légitimes de la population dans cette campagne, c’est au tour de certains directeurs de l’exécutif de wilaya de sortir de leur léthargie bureaucratique.

Les directeurs de l’administration locale, des affaires sociales, de la formation professionnelle et des transports se mettent de la partie et s’agitent en foulant du pied l’obligation de réserve et la neutralité que leur imposent leur qualité de commis de l’Etat et en violant les dispositions de la loi électorale.

Cynisme et démesure que le pouvoir a su, du moins formellement, éviter même au temps du parti unique.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Adhésion populaire au boycott

Posté par rcdbrto le 7 avril 2009

Depuis le jeudi dernier, des sorties de proximité ont été menées par les cadres du RCD – parlementaires et élus APW et APC – à travers les 21 daïras, pour appeler la population à tourner le dos à la mascarade du 09 avril.

Les députés Boudarène, Ait Hamouda, Saheb, Hadj Arab, Imazatene, Boudiaf, les sénateurs Arabi et  Semmoudi, le Président et élus de l’APW, Ikarbane, Hadibi, Belabbas et Moula ont sillonné, cinq jours durant, les villes de Tizi-Ouzou, Azazga, Larbâa Nath Irathen, Tigzirt, Azeffoun, Béni Douala, Ouadhias, Bouzguène, Drâa el Mizan, Ain El Hammam, Ouacifs, Tizi Ghenif, Mekla, Makouda, Ouaguenoune et Boghni dans le but d’expliciter la position du Parti et distribuer l’appel au boycott de l’élection présidentielle.

Il importe de relever que ces sorties ont suscité un enthousiasme et un écho favorable au sein de la population, notamment chez la jeunesse. Plus vigilante que jamais, cette dernière a tenu à exprimer, à chacune de ces rencontres, son irritation au regard des moyens et méthodes mis en place par le pouvoir et ses relais clientèlistes dans cette campagne ainsi que son adhésion au mot d’ordre de boycott et son rejet, par conséquent, d’une fraude vulgairement annoncée.

Fait réjouissant qui témoigne de la synergie entre la justesse de position du parti et les légitimes préoccupations citoyennes. Ni la corruption, ni le chantage ou autres tentatives d’intimidations à l’encontre des employés de la fonction publique ne peuvent venir à bout d’une population qui reste, malgré les violences et épreuves qu’elle subit, fidèle aux valeurs de dignité et de liberté forgées au fil de longues années de lutte et de sacrifice.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

1...3233343536...38
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique