Ecole de formation des jeunes du RCD.

Posté par rcdbrto le 28 janvier 2017

La jeunesse libre du RCD Tizi Ouzou a organisé son deuxième cours de formation, dans la soirée de ce samedi 28 janvier 2017, au niveau du Bureau Régional de Tizi Ouzou.

Animateur : Dr Mouloud Lounaouci.

Thème : Typologie de l’Etat.

1 2 3 6 7 16295188_10208491308942810_162193825_n 16343538_10208491302782656_485073243_n 16343650_10208491297542525_789959288_n 16343706_10208491295462473_1596770481_n 16343768_10208491305222717_1383864197_n 16343803_10208491308222792_2065657215_n 16343832_10208491312862908_1156273220_n 16344089_10208491310302844_403644455_n 16344226_10208491311302869_81962945_n 16344242_10208491314062938_1142926579_n 16344317_10208491313182916_398930756_n 16344466_10208491296542500_843328544_n 16358648_10208491304662703_879717254_n 16358656_10208491300582601_462356115_n 16358765_10208491300302594_312505103_n 16358991_10208491304182691_800458805_n 16359254_10208491298182541_1665267755_n 16395630_10208491301862633_1567886465_n 16402015_10208491312342895_1497514228_n 16402239_10208491302302644_1044363960_n 16402253_10208491301302619_2087078252_n 7 4 5

Publié dans Formation, formation et jeunesse, Jeunesse RCD, PHOTOS Activités | Commentaires fermés

Le RCD relance son école de formation

Posté par rcdbrto le 22 janvier 2017

La Jeunesse Libre RCD de Tizi-Ouzou vient de relancer l’école de formation du parti.

La première séance de son programme, qui a été assurée par Dr Mouloud Lounaouci, pour les jeunes étudiants militants, a eu lieu dans la soirée du samedi 21 Janvier au niveau du Bureau Régional de Tizi-Ouzou, sis à la nouvelle ville.

16215563_1353839027994516_1923736667_n 16176073_1353839327994486_501957184_n 16176753_1353839411327811_776259232_n 16176780_1353759674669118_1307011225_n 16176857_1353839361327816_102551045_n 16215563_1353839027994516_1923736667_n 16215686_1353839394661146_109578125_n 16216057_1353759718002447_147882053_n 16237142_1353759584669127_1160875740_n 16176055_1353759561335796_1476509105_n 16176073_1353839327994486_501957184_n 16176103_1353839091327843_1073133763_n 16176743_1353759421335810_1953868741_n 16176753_1353839411327811_776259232_n 16176780_1353759674669118_1307011225_n 16176857_1353839361327816_102551045_n 16215563_1353839027994516_1923736667_n 16215594_1353759384669147_1484477392_n 16215686_1353839394661146_109578125_n 16216057_1353759718002447_147882053_n 16216147_1353759744669111_2017122971_n 16216456_1353759761335776_54222262_n 16237142_1353759584669127_1160875740_n 16237538_1353839277994491_1965474160_n 16237938_1353759638002455_1845537256_n 16237950_1353839634661122_933958490_n 16238005_1353839461327806_1669278393_n 16238030_1353839584661127_344078372_n

Publié dans Formation, formation et jeunesse, Jeunesse RCD | Commentaires fermés

Allocution d’ouverture au Campus de la Jeunesse Libre du RCD

Posté par rcdbrto le 20 novembre 2016

Allocution d'ouverture au Campus de la Jeunesse Libre du RCD

Allocution d’ouverture au Campus de la Jeunesse Libre du RCD

Chers amis bonjour et bienvenus,

C’est avec une fierté non feinte et un plaisir sincère que je m’adresse à vous tous,d’abord pour féliciter tous les jeunes militants de notre Rassemblement pour le travail qu’ils ont accompli dans la reconquête des espaces de luttes de notre jeunesse et donc du message d’espoir qu’ils délivrent par leurs actions dont celle d’aujourd’hui.

A cette occasion, je veux aussi saluer votre engagement sans faille et la réussite de l’opération de structuration de votre mouvement, après la tenue des assises constitutives, de plusieurs villes universitaires du pays comme Alger, Boumerdes, Batna, Oran, Tizi-Ouzou, Bejaia,Sétif, ou encore Tipaza, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Tamanrasset et Bechar.
Je reste convaincu que les contacts que vous avez tissés, partout ailleurs dans le pays, ne sauraient tarder à se concrétiser car vous avez déjà appris à planifier, financer et organiser vos activités par vous-mêmes.
En réalité, notre réussite est aussi dans la libération des initiatives de toutes nos structures, bureaux régionaux, aile jeunesse, aile féminine…etc. Votre initiative d’aujourd’hui a été précédée, il y a moins de 10 jours, par la marche populaire organisée par le Bureau régional de Béjaia contre la politique d’austérité sélective qui cible en priorité les plus démunis parmi nos concitoyens. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que nous agissons sur le terrain de la mobilisation populaire contre cette politique d’appauvrissement des populations et de désinvestissement puisqu’il y a une année déjà nous organisions une marche similaire au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou. 

Comme vous le savez tous, le RCD est un des rares partis politiques, si ce n’est le seul, à agir en dehors des périodes électorales sur le terrain avec des actions concrètes. Je peux citer pèle mêle les conventions régionales, la convention nationale, les assises nationales de la jeunesse, les assises nationales des femmes démocrates, le Colloque sur l’économie, les conférences thématiques, les conférences publiques sur plusieurs wilayas du pays, la dernière étant celle organisée à Tamenghast, les universités d’été et les campus des jeunes, les marches populaires traditionnelles à chaque 20 avril et sur plusieurs wilayas, les portes ouvertes sur le parti, sans compter celles que nous avons organisées dans le cadre de la CLTD ou de l’ICSO. 

Cela, pour rappeler que le RCD n’agit pas que dans des conjonctures particulières parce que nous sommes un parti moderne qui croit que l’action d’un parti est une synthèse entre le travail de formation, de structuration, de débat interne, de communication politique, de propositions alternatives et d’actions politiques en direction du citoyen. Seuls les militants engagés savent la difficulté de la tâche, le temps et les moyens qu’exige la réussite de ce travail permanent, notamment dans un pays où les conditions d’un exercice politique libre ne sont pas réunies.

 

Chers amis,
En ce mois de novembre, 62ème anniversaire du déclenchement de la révolution nationale victorieuse, les lamentations et le listing des occasions ratées par un système politique qui n’a pas su lier sa légitimité aux aspirations profondes de notre peuple à la liberté, la démocratie et la justice, ne suffisent pas. Le sacrifice suprême, c’est-à-dire le don de la vie des enfants de Novembre, nous interpelle tous pour réunir les conditions d’un nouveau départ. Un nouveau départ qui s’appuie sur nos réussites, à commencer par notre victoire sur le colonialisme français, mais aussi sur nos échecs et erreurs post indépendance, et ils sont nombreux.

La confiscation des libertés, l’instrumentalisation de la religion ou de la justice, la gestion autoritariste et clientéliste de la rente pétrolière, n’empêchent pas seulement l’émergence d’un modèle de développement moderne et viable mais il vide le pays des énergies capables de construire un destin digne et fidèle aux sacrifices consentis.

Il nous faut, aussi, un nouveau départ car le monde a changé et change autour de nous. Le système politique qui a confisqué la souveraineté de notre peuple reconnait lui –même, par la bouche du chef de l’Etat, que toutes les élections organisées depuis 1962 sont à l’image de celle pilotée par Naegelene en 1948 pour réduire la représentation des nationalistes algériens à l’Assemblée Algérienne. 

Nous devons répéter, haut et fort, que notre combat, parfois solitaire, pour un vote détaché de la fraude n’est pas seulement moral ; il est la condition sine qua non de la crédibilité des institutions et de l’édification d’un Etat qui parachève l’Appel de Novembre et concrétise les idéaux de la Soummam. Un Etat qui garantit et promeut l’égalité devant la loi entre tous les Algériens indépendamment de leur langue maternelle, de leurs croyances, de la couleur de leur peau ou de la nature de leur sexe.
Je saisis, cette occasion, pour répondre à quelques rares commentateurs qui feignent ne pas comprendre notre décision de participation aux élections de 2017 alors que nous continuons à dire que la fraude électorale sera encore une fois au rendez-vous. En cet anniversaire du déclenchement de la révolution de novembre, il est utile de rappeler que les Algériens n’ont pas attendu un utopique équilibre des rapports de force avec le colonialisme français, troisième puissance militaire de l’époque, pour engager la lutte armée. Il en est de mêmes des pionniers d’avril 80 qui n’ont pas attendu des garanties pour sortir dans la rue et revendiquer la reconnaissance de l’identité amazigh et les libertés démocratiques.

Nous n’avons pas aussi attendu le pouvoir, durant la décennie noire, pour appeler à la résistance populaire contre le terrorisme. En politique, rien ne se donne, tout s’arrache. C’est ce postulat qui guide l’action de notre parti. 

Un nouveau départ commence par un discours de vérité en direction de nos concitoyens. Dire la vérité sur l’état de la Nation qui se fragilise de plus en plus. Dire la vérité sur le lien social qui se délite. Dire la vérité sur l’incertitude qui gagne de larges couches de la société. Dire la vérité sur la grave crise économique et financière que traverse le pays.
Il s’agit de tout revoir, tout repenser. C’est le sens de toutes les propositions du RCD.
La refondation institutionnelle par une réorganisation territoriale de l’espace algérien, en plus de rapprocher le citoyen des centres de décisions, favorisera le développement et atténuera les déséquilibres régionaux actuels. Elle permettra de promouvoir une intégration nationale démocratique et un développement national harmonieux. La réforme constitutionnelle, que nous avons proposée, vise la garantie effective des droits et libertés individuels et collectifs, la protection du libre choix du peuple, la séparation du politique et du religieux, la prise en compte de la diversité culturelle et linguistique, la consécration de la libre entreprise et de la protection de la propriété privée, l’équilibre des pouvoirs, l’indépendance de la justice, la désignation d’un Chef de gouvernement responsable devant le parlement et issu de la majorité à l’Assemblée nationale … 

La réforme parlementaire que nous préconisons s’articule autour de la mise en place d’un système de contrôle et d’évaluation de l’action de l’exécutif, notamment celle de la gestion des deniers publics.
La réforme électorale que nous avons proposée est construite autour de l’institutionnalisation d’une instance permanente et indépendante d’organisation et de gestion des scrutins électoraux pour mettre un terme aux fraudes électorales systémiques et rejoindre le concert des nations démocratiques. Elle postule aussi la mise en place d’un observatoire national des élections pour permettre d’analyser, d’évaluer et de renforcer la confiance dans le système électoral.

Le redémarrage de l’économie que nous préconisons passe par le bannissement de l’interventionnisme et le dirigisme de l’Etat pour que les énergies de l’entreprenariat public soient libérées et que les injustices qui frappent les entreprises privées soient bannies. C’est à ce prix que l’économie informelle sera progressivement éradiquée et que le climat des affaires sera assaini.

Une réforme de l’éducation dans le sens de la maitrise des langues, du développement des capacités cognitives, de l’esprit d’analyse et de déduction de l’élève, de la transmission de la culture et des savoirs, de la formation du citoyen et de sa préparation à la vie économique et sociale.
Une politique culturelle qui encourage la création et développe les loisirs entre les jeunes de notre pays. Cela suppose que la liberté de s’associer soit effectivement garantie et qu’elle soit libérée des pratiques maffieuses qui ont détourné l’argent publique pour transformer la délinquance en relais des clans du pouvoir.

Mes chers amis, 
Au RCD, nous n’avons jamais fait de la surenchère et nous avons toujours adapté nos revendications aux besoins du citoyen selon les capacités du pays. Nous avons accepté bien des sacrifices et nous sommes capables d’en accepter d’autres si les conditions l’exigent. Mais, quand on voit que le régime impose la censure, l’enfermement et les restrictions à notre jeunesse alors que les enfants des dirigeants bénéficient de bourses à l’étranger, de voyages indus aux Jeux Olympiques, nous refusons d’admettre de telles injustices.

Le jeune algérien est soumis à l’agression idéologique de l’école, il subit la fermeture des frontières pour l’empêcher de voyager et d’échanger. Il est victime d’une politique culturelle qui refuse le tourisme par crainte de rencontres avec les citoyens du monde. Pendant ce temps, les enfants et les proches des dirigeants vident le trésor public pour aller festoyer dans les quatre coins du monde, donnant au même temps une triste image de la jeunesse algérienne.

C’est, aussi, le sens de notre engagement dans la mobilisation solidaire pour une transition démocratique et pacifique, c’est à dire négociée. La transition pacifique vers un système politique qui tire sa légitimité de l’expression libre des citoyennes et des citoyens, car il s’agit de cela, et forcément de nature graduelle. Elle n’est pas synonyme d’une remise à plat immédiate de l’ensemble de l’édifice institutionnel ; elle peut donc prendre plusieurs schémas mais elle passe, dans tous les cas et sans aucune nuance, par la fin des fraudes électorales.

Dire la vérité et proposer des solutions n’est pas de la surenchère. Dire la vérité est déjà une forme de justice. Proposer des solutions, c’est montrer qu’il y a une alternative et donc faire renaitre l’espoir.

Chers amis,
Comme, je l’ai déjà dit, notre combat est tourné vers l’avenir. Nous sommes un parti politique propre, c’est-à-dire que nous n’avons jamais hésité à défendre nos principes, encore moins à accepter de les renier pour des strapontins ou même des conjointures. Nous mettons un point d’honneur pour que les alliances que nous contractons ou que nous avons eu à contracter soient du domaine public car, pour nous, en définitive, le seul juge est le peuple algérien. Je peux dire cela car notre autonomie constitue notre force et notre crédibilité.
Vous aurez remarqué que dans mon discours, je n’ai pas évoqué la situation financière que vit le pays et la dégradation des conditions sociales que subissent de larges couches de la population. Nous avons eu à le dire, cette conjoncture est en grande partie la conséquence des choix du pouvoir d’opter pour l’achat de la paix sociale tant que les prix du pétrole le permettaient au lieu d’opérer les réformes structurelles nécessaires pour diversifier la production au moment, justement, où il était possible d’entretenir des filets sociaux pour accompagner de telles réformes. 

Il n’est, en tout cas, pas possible que le gouvernement continue à faire payer l’addition aux plus faibles. Il ne peut, non plus, continuer à fermer la porte aux protestations pacifiques des syndicats autonomes. La réforme financière que nous défendons est celle qui part des besoins collectifs que l’Etat est tenu de réunir et satisfaire. La conséquence de cela est que l’Etat n’a qu’un rôle d’encadrement et de contrôle pour la production des autres biens qui relèvent des opérateurs économiques privés.
Ce renouveau exige, aussi, qu’on prenne nos responsabilités en tant que militants et citoyens pour donner à notre pays des dirigeants à la mesure de nos espoirs et de nos ambitions. Nous sommes convaincus que notre peuple mérite que nous consentions tous les sacrifices.

 

Chers amis,
Les thèmes centraux, que les jeunes ont retenu pour ces journées, sont tournés vers l’avenir et permettront à tous un chacun d’aborder les problèmes de l’heure et les projections sur un meilleur avenir.
Le thème sur la régionalisation est d’une actualité brulante en raison des déséquilibres et des injustices qui caractérisent les choix et les arbitrages d’un pouvoir soumis aux intérêts de sectes et de clientèles solidement implantées dans les centres de décisions. L’absence de logiques territoriales dans les découpages administratifs n’est rien, devant les risques sur la cohésion nationale, que cette gestion génère.

Un autre thème important programmé est le rôle de l’Etat dans le renouveau économique. Le débat sur ce sujet doit permettre de sortir des sentiers battus et oser des propositions audacieuses qui tiennent compte des seuls principes d’efficacité, de durabilité et de justice.
Vous voyez bien que l’Algérie a besoin d’innovation et de rassemblement mais elle a, surtout, besoin de notre Rassemblement.
Je vous remercie pour votre attention.
Je souhaite plein succès à vos travaux.
Vive le RCD.
Vive l’Algérie plurielle et prospère.

Mohcine Belabbas, le 18 Novembre 2016.

Publié dans formation et jeunesse | Commentaires fermés

LA JEUNESSE DU RCD S’ORGANISE

Posté par rcdbrto le 28 avril 2015

jeunesse rcdLes assises de « l’aile jeunesse du RCD »sont programmées pour le vendredi 15 mai 2015 à la salle le Sierra Maestra, Alger.

La participation est ouverte aux militants (es) à jour de leur cotisation et âgés de 18 ans à 35 ans.

Les inscriptions sont ouvertes au bureau régional du RCD Tizi Ouzou (RCDBRTO), les frais de participation sont fixés à cinq cents dinars algériens (500 DA), la date de clôture des inscriptions est pour le jeudi 30 avril 2015.

Publié dans formation et jeunesse | Commentaires fermés

Le RCD tient son université d’été.

Posté par rcdbrto le 10 octobre 2013

Fidèle à sa tradition, le RCD a tenu son université d’été de l’année 2013.

Cette fois-ci, le choix s’est porté sur la coquette ville de Yakourene, plus précisément à l’hôtel Tamgout. Pour mémoire, c’est dans cette  magnifique région  que s’est déroulé l’historique séminaire culturel du MCB en 1981, où le Dr Saïd SADI faisait déjà figure de leader remarquable et incontesté.

Le RCD tient son université d’été. dans formation et jeunesse ouverture-de-luniversite-dete

Présentation du programme, par Yassine Aissiouane, secrétaire national à la jeunesse

Plus de 150 étudiants, venus de 12 universités du pays, ont afflué vers le lieu de la rencontre dés jeudi 03 Octobre dans l’après midi, pour prendre possession des lieux. Les travaux  ont débuté  vendredi 04 Octobre à 9 heures, avec la présentation du programme, par Yassine Aissiouane, secrétaire national à la jeunesse. Cette operation est suivi par l’adoption du règlement intérieur de cette université d’été, dédié cette année  à la mémoire de Fatsah Chibane, ex-maire RCD de la commune de Timezrit (Béjaia), assassiné le 05 novembre 2008. 

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, dans son allocution d’ouverture, met l’accent sur la nécessité vitale pour le parti de multiplier  ce genre de rencontres, qui permettront aux jeunes militants du Rassemblement d’être mieux armés politiquement pour défendre les idéaux du RCD.

president-ouverture dans formation et jeunesse

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, dans son allocution d’ouverture

Dans la même allocution, le président du RCD a invité les jeunes militants à continuer  à fonctionner, sans complexe et avec la fougue de leurs engagements. Le  rôle des jeunes  militants est aussi de diffuser le message du parti,  se mobiliser et  s’organiser pour ouvrir d’autres perspectives en rapport avec les demandes et attentes de changement.

Le discours d’ouverture du président a été suivi par une conférence animée par Dr Ahmed Benneguouche, secrétaire national aux relations avec les institutions, sous le thème de « Sécularité dans les fondements de l’Etat ».

ben

conférence animée par Dr Ahmed Benneguouche, secrétaire national aux relations avec les institutions

Maître Lila Hadjarab, secrétaire nationale à la condition féminine, pour sa part, développe le thème relatif aux «  révolutions dans les pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient ».

hadjarab

Conférence animée par Maitre Lila Hadjarab, secrétaire nationale à la condition féminine

Dans l’après midi, le programme fait place aux travaux de six ateliers de formation destinées à cet effet :

-          Atelier 01 : Rédaction PV, compte rendu et rapport, animé par : Mohand Ikarbane (Membre du conseil national et sénateur du RCD ;

ikarbane

Atelier 1

-          Atelier 02 : Rédaction d’une déclaration et communiqué, animé par : Boussad Boudiaf (ancien député RCD et Membre du conseil national) 

boudiaf1

Atelier 2

-          Atelier 03 : Prise de parole en public. 

ndi

Atelier 3

-          Atelier 04 : Techniques de communication, animée par : Mohamed Saïd Siagh (Consultant)  

saigh

Atelier 4

-          Atelier 05 : Organisation et gestion d’une réunion et/ou AG, animé par : Ahcene Tansaout (Secrétaire national à l’organique)  

ahcene-tensaout

Atelier 5

-          Atelier 06 : Positions marquantes du parti, animé Par : Hacene Mezoued (Secrétaire national à l’administration et aux finances).  

mezouad

Atelier 6

En fin de journée, les étudiants participants ont eu droit à une rencontre conviviale avec le président du parti qui a répondu à toutes les questions liées à l’actualité nationale ou internationale. 

conviviale

Rencontre conviviale avec le président du parti

conviviale-2

Rencontre conviviale avec le président du parti

La journée du samedi a été aussi riche que la précédente, puisque pas moins de trois conférences ont été animées durant cette journée, à savoir par Maître Hakim Saheb, secrétaire national à la réforme de l’Etat, avec pour thème « pour une constitution pérenne », puis Ouamar Saoudi , secrétaire national aux affaires sociales, qui a développé le thème de « la situation économique en Algérie ».  

saheb1

Conférence animée par Maître Hakim Saheb, secrétaire national à la réforme de l’Etat

ouamar-saoudi

Conférence animée par Ouamar Saoudi, secrétaire national aux affaires sociales

Dans l’après midi , c’est au tour de Saïd SADI, ancien président du RCD, qui, dans une salle archicomble, composée de jeunes étudiants participants à cette université d’été, mais aussi de cadres du parti venus des quatre coins de la région centre,  présente sa conférence se rapportant au thème « Quel avenir pour l’Algérie de Novembre et de la Soummam » et  répond ensuite aux nombreuses questions   se rapportant aussi bien sur son passé militant  que sur les perspectives du pays.  

said-sadi

Conférence animée par Saïd SADI, ancien président du RCD

Il faut signaler que le Dr Saïd SADI n’a fuit aucune question, bien au contraire, il recommande même aux jeunes présents de toujours s’exprimer et avec un maximum de liberté.

Après cette conférence, nombreux étaient les militants qui ont pris des photos souvenir avec l’ancien et l’actuel président du RCD. 

photo-souvenir-avec-lex-et-actuel-president

Photo souvenir avec l’ancien et l’actuel président du RCD.

A la fin de la journée, Yassine Aissiouane et  Ahcene Tansaout, respectivement secrétaire national à la jeunesse et secrétaire national à l’organique, ont clôturé  officiellement les travaux de cette université d’été par une assemblée générale des participants avec des recommandations aux étudiants  et la présentation des programmes d’activités pour l’année 2013/2014.  

cloture-avec-le-snj

Clôture de l’université d’été par Yassine Aissiouane, secrétaire national à la jeunesse

Durant cette dernière soirée, les présents ont eu droit à une soirée artistique.

De l’avis de tous les présents, cette université d’été a été une réussite à plus d’un titre, eu égard à la qualité des différents intervenants et de la discipline dont ont fait preuve tous les participants.

Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

Publié dans formation et jeunesse | Commentaires fermés

SAID SADI A YAKOURENE : « l’Algérie de novembre et de la Soummam est le contraire de celle d’aujourd’hui »

Posté par rcdbrto le 7 octobre 2013

L’intervention de Said Sadi à l‘université d’été des jeunes du RCD s’est voulue pédagogique. Les origines de la lutte armée, les répercussions du détournement de l’Histoire, les analogies entre l’impasse actuelle et la phase qui a précédé l’insurrection de 1954 et le rôle de la jeunesse dans l’épopée algérienne ont constitué l’essentiel du message délivré par l’ancien dirigeant. (… Lire la suite…) http://www.algerie-express.com/ae/category-table1909569166/3159-said-sadi-a-yakourene-%C2%AB-l%E2%80%99alg%C3%A9rie-de-novembre-et-e-la-soummam-est-le-contraire-de-celle-d%E2%80%99aujourd%E2%80%99hui-%C2%BB

Publié dans Formation, formation et jeunesse | Commentaires fermés

UNIVERSITE D’ETE DES JEUNES DU RCD A YAKOURENE : le président Belabbas invite à une stratégie d’engagement massif de la jeunesse

Posté par rcdbrto le 7 octobre 2013

C’est le président du parti qui a procédé à l’ouverture de  l’université d’été des jeunes du RCD ce vendredi matin à l’hôtel Tamgout de Yakourene ( Tizi Ouzou ) où se sont retrouvés les jeunes militants du parti dont la majorité sont des étudiants. (… Lire la suite…) http://www.algerie-express.com/ae/category-table1909569166/3155-universite-d%E2%80%99ete-des-jeunes-du-rcd-a-yakourene-le-pr%C3%A9sident-belabbas-invite-%C3%A0-une-strat%C3%A9gie-d%E2%80%99engagement-massif-de-la-jeunesse

Publié dans Formation, formation et jeunesse | Commentaires fermés

Sadi : “L’esprit de Novembre recommande la dissolution de la police politique”

Posté par rcdbrto le 7 octobre 2013

“Le vrai débat n’est pas dans la participation aux prochaines élections, mais dans la réunion des conditions de la tenue d’un scrutin transparent”, a-t-il déclaré pour couper court aux diverses interprétations des observateurs.

La première sortie publique de Saïd Sadi depuis son retrait de la présidence du RCD en mars 2012 risque d’être une vraie déception pour les amateurs de grandes annonces : l’ancien président du RCD n’a pas acté son retour à la tête de sa formation comme colporté par certains ni annoncé d’ores et déjà sa candidature à la prochaine élection présidentielle.  Mais, pour les jeunes militants du parti qui tenaient depuis jeudi à Yakourène leur université d’été, la venue du Dr Sadi a été un moment fort de communion et de retrouvailles. (… Lire la suite…) http://www.liberte-algerie.com/actualite/sadi-l-esprit-de-novembre-recommande-la-dissolution-de-la-police-politique-il-a-anime-sa-premiere-conference-depuis-son-retrait-de-la-presidence-du-rcd-208194

Publié dans Formation, formation et jeunesse | Commentaires fermés

Saïd Sadi accable le pouvoir

Posté par rcdbrto le 7 octobre 2013

«Je n’ai pas abandonné la politique. Même si je me suis retiré de la présidence du parti, je continue à faire le travail de militant. Je ne reviens pas à la tête du RCD. Personne ne m’a chassé du parti. Je suis parti en mon âme et conscience.». «Dans la vie politique, il faut donner des exemples. On ne doit pas dénoncer la confiscation d’un pouvoir politique et rester à la présidence d’un parti.»

L’ex-président du RCD a souligné que la solution au malheur algérien est extérieure à un régime qui est dans l’impasse. (… Lire la suite…) http://www.elwatan.com/une/said-sadi-accable-le-pouvoir-06-10-2013-230459_108.php

Publié dans Formation, formation et jeunesse | Commentaires fermés

INTERVENTION DE SAÏD SADI À L’UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DES JEUNES DU RCD L’avenir de l’Algérie de Novembre et de la Soummam

Posté par rcdbrto le 7 octobre 2013

Mesdames, messieurs, camarades militants, bonjour
Cela fait plus d’un an et demi que je ne me suis pas exprimé publiquement. La raison est simple. L’absence de conditions pour un débat libre et serein m’ont conduit à investir, comme vous ici, le combat quotidien par l’écoute, l’échange et le partage des expériences de terrain. L’Histoire et l’organisation des institutions ont fait que la grande majorité des structures politiques et sociales, parties prenantes de la rente, ne peuvent s’engager dans une alternative de changement d’un système qu’elles constituent et qui les nourrit. Nous le constatons chaque jour ; quand une catégorie formule une demande ou revendique une adhésion à une démarche, elle exprime d’abord et avant tout une allégeance à un homme et ceci indépendamment de son parcours ou de ses propositions ; l’essentiel étant qu’il soit issu du sérail. On entend des adeptes fidèles à tel ou tel, généralement des anciens chefs du gouvernement, on observe des vigiles scrutant les écuries comme un parieur dans une course hippique prêt à miser sur le favori mais on ne parle plus de choix politiques ; il y a longtemps que les notions de droite ou de gauche, de progressisme ou de conservatisme n’ont plus cours. L’anomie et l’impensé ont colonisé la scène politique algérienne… Dans cet imbroglio, il a fallu s’adapter.  (… Lire la suite …) http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2013/10/06/article.php?sid=155091&cid=41

Publié dans Formation, formation et jeunesse | Commentaires fermés

123
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique