La délinquance politique au pouvoir

Posté par rcdbrto le 5 mars 2009

La délinquance politique au pouvoir 

Communiqué:

ban01.png

Comme prévu, les menaces et autres pressions directes ou indirectes sur le RCD n’ont pas manqué de se produire avant même l’ouverture officielle d’une campagne électorale discréditée à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Ces manœuvres, compte tenu de leurs ampleurs, n’ont eu que des effets périphériques sur le collectif militant. Les provocations et autres offres promotionnelles sont des classiques qui rythment les rapports entre le pouvoir et l’opposition, notamment dans des périodes de recomposition claniques.  

Cependant, l’illégalité et l’indignité de ces méthodes qui font de l’administration un instrument de délinquance politique ne justifient en rien le reniement d’un militant, à fortiori quand il est élu ou responsable. 

Le pouvoir sait que le RCD s’oppose à sa gestion et ses pratiques et qu’il dénie à son premier responsable le rôle d’arbitre et de recours auquel peuvent légitimement prétendre les dirigeants issus de la volonté citoyenne librement exprimée et respectueux de l’État de droit. En cette phase critique pour le destin de la nation, le patriotisme exige de chacun détermination et mobilisation contre un régime qui a stérilisé le pays, déstabilisé l’État et humilié la Nation. 

Le RCD, issu des luttes qui ont préfiguré les acquis démocratiques, est préparé depuis longtemps à assumer ses responsabilités. 

Alger, le 04 mars 2009 .

Le RCD 

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Présidentielle : fuite en avant

Posté par rcdbrto le 6 janvier 2009

ban01.png

              Le premier ministre vient d’annoncer que le pouvoir algérien était d’accord pour reconduire les formes de surveillance internationale acceptées jusque là pour les scrutins précédents. Niant le désastre provoqué par les fraudes électorales récurrentes qui ont ruiné le crédit de l’Etat sur la scène internationale et provoqué un rejet citoyen pour toute consultation, le pouvoir, ruse une fois de plus avec les exigences de l’heure et s’abîme dans la fuite en avant.   Le RCD, en ce qui le concerne, a demandé une surveillance internationale massive et qualifiée. Les standards internationaux sont désormais clairement établis ; tant du point de vue de la durée pré et post électorale nécessaire à une bonne observation, que du nombre et de la compétence des équipes. En la matière, la pratique démocratique internationale de ces dernières années a permis une professionnalisation dont l’efficacité a fait ses preuves.      Les ONG spécialisées dans les observations dignes de ce  nom sont connues. Elles ont notamment opéré en Ukraine, au Pakistan au Maroc ou au Venezuela.    Cette semaine, le Ghana vient de réussir une élection présidentielle organisée dans de remarquables conditions de transparence et de liberté attestée par l’observation d’organisations qualifiées, celles-là même que l’Algérie s’évertue à ignorer.     Il s’agit de garantir, pour une fois, de façon concrète et efficace une expression citoyenne libre. Telle que présentée, l’observation vise, une fois de plus, à s’assurer une présence politique symbolique. Le scepticisme de l’électeur se voit légitimement renforcé et la crise de confiance qui mine les institutions persistera.   L’indifférence réservée par nos concitoyens à cette annonce, renseigne sur le discrédit et les objectifs de cette ultime manœuvre.   Les Algériens ne se remobiliseront pas tant que les conditions d’une véritable autodétermination ne seront pas garanties.        Le RCD    Alger, le 06 janvier 2009 

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

1...89101112
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique