La débauche du mensonge se dépêche en Kabylie.

Posté par rcdbrto le 24 avril 2008


Un journaliste, signant KZ, aux ordres de son maître – propriétaire d’un tout petit journal local – lui-même aux ordres de ses parrains, vient de commettre un écrit qui lui est commandé aux seules fins de nuire au RCD. Ce qui est, sommes toutes, une habitude de cette « rédaction ».

Le fiel déversé sur le RCD, avant et après les festivités du 20 avril, n’a visiblement pas satisfait les commanditaires qui voient, au fil des semaines et des mois, ce parti politique reconquérir son espace naturel.

De toute évidence, les élections locales de novembre dernier n’ont pas encore été digérées. Voilà que les propriétaires de ce chiffon inventent de toutes pièces que les APC gagnées par le RCD, il faut le rappeler, travaillent contre les intérêts des citoyens qui ont contribué à sa victoire. Une aubaine que des élus revanchards, au demeurant insignifiants, même auprès de leur tutelle politique respective, fassent ou menacent de faire un vote de défiance pour écarter les maires RCD. Pour l’instant les populations de Larbâa Nath Irathen et de Aït Mahmoud n’ont montré aucune insatisfaction, en attendant que celles-ci donnent le gage de l’entière confiance qu’elles ont dans les personnes qu’elles ont élues.

Il n’est pas inutile de rappeler qu’une association culturelle de Aït Mahmoud, citée par le journaliste, a fait un démenti sur sa prétendue insatisfaction concernant le président d’APC de cette commune. Son démenti, comme il fallait s’y attendre, n’a pas été accepté. D’autres démentis suivront, des comités de villages cette fois-ci. Ils seront, comme le premier, certainement refusés. C’est dire.

Tout le monde sait à qui appartient ce « tout petit journal local » et à quelle mission il est destiné depuis sa création.

La population Kabyle n’est dupe de rien. Le moment voulu, elle a su reconnaître les siens. La raclée qu’elle a administrée durant les législatives de mai 2007 aux candidats de la liste du pseudo-parti politique, au demeurant non reconnu par les parrains et dirigé par le propriétaire du prétendu journal, en est la preuve. La Kabylie a su faire la différence entre ses enfants dignes et ceux qui ont préféré la vénalité et l’indignité.

A vous journaliste, qui continuez d’écrire dans ce « chiffon de piètre envergure », nous vous disons que vous vous rendez coupable de la participation au complot orchestré par des cercles qui travaillent au processus de démantèlement de la vie politique en Kabylie et aux tentatives d’assassinat des partis politiques qui militent pour les libertés démocratiques et pour l’émancipation de notre région.

Vous ne réussirez pas.

Que vous soyez conscient ou non de la gravité de la sale besogne qui vous est confiée, vous êtes à plaindre. Saïd SADI a, à l’occasion d’une émission télé, dit ceci à un de vos collègues visiblement venu en mission pour l’agresser : « il y a une façon plus digne de gagner son pain ».

Ceci est valable pour vous aussi, Monsieur KZ.

Publié dans Actualités. | Pas de Commentaire »

Tizi-Ouzou, le RCD a marché.

Posté par rcdbrto le 21 avril 2008

dsc01201.jpg

 Sadi et les membres de la direction national.

La Kabylie belle et fidèle aux idéaux du 20 avril 1980.

 Des milliers de citoyennes et citoyens ont battu le pavé à Tizi-Ouzou à l’appel du RCD. La marche qui s’est ébranlée vers 10h30 du carrefour du 20 avril se devait d’être historique. L’arrivée du président du parti Said SADI accompagné du Dr Boudarene, député et président du bureau régional, ainsi que des membres de la direction nationale donne le starter à la marche sous les acclamations, les youyous et les cris « assa, azeka SADI yela, yela ».

. Cette marche a été organisée pour redonner au 20 avril ses lettres de noblesse et réhabiliter son message de tolérance, de liberté et de pacifisme, en ces temps de pollution et de perversion du débat politique. C’est aussi une marche que le RCD voulait pour la diversité en cette date symbolique qui a sonné le glas du monolithisme politique imposé depuis l’indépendance du pays par le parti unique pour revendiquer l’identité Amazigh et les libertés démocratiques. Cette date anniversaire marque aussi l’acte de naissance du combat pour les droits de l’Homme et les libertés syndicales.

Arpentant les principales artères de la ville de Tizi-Ouzou jusqu’au siège de la wilaya, en passant par le tribunal, les marcheurs ont scandé des mots d’ordre rythmés par les traditionnels « Assa azeka Tamazight tella, tella » ou bien « Assa azeka RCD, yella, yalla ». C’est dans une ambiance festive où l’on pouvait entendre tantôt des chansons célèbres de Matoub, Idir, Ideflawen…tantôt des slogans hostiles au pouvoir et à Bouteflika avec à chaque halte « Mazalagh dimazighen » « Imazighen ». Sur les banderoles aux couleurs du parti on pouvait lire « Halte à l’antikabylisme », « Tamazight tbennu ur kennu », « Tamazigh langue nationale et officielle », « Pour le respect du multipartismes et des libertés syndicales », »20 avril 80, sources des libertés ».

L’animation battait son plein au carré où marchait Said SADI, président du RCD, et les cadres du parti entourés d’une foule compacte. Pour la première fois, dans l’histoire du pays, les maires du RCD ont arboré leurs cocardes, pourbien montrer que la commémoration du 20 avril est assuméepleinement et entièrement par les institutions locales dirigées par le RCD.

Les marcheurs ont fait une halte devant le tribunal de Tizi-Ouzou pour marquer leur soutien aux étudiants poursuivis en justice, avant d’en faire une autre plus longue au portail sud du siège de la wilaya. Dans le calme, les citoyens qui ont participé à cette manifestation se sont dispersés vers 12h00 en face de la cité administrative.

Il faut noter, et c’est important de le souligner, que l’APW de Tizi-Ouzou à majorité RCD s’est impliquée également d’une manière officielle dans la commémoration de cet événement, avec un riche programme étalé sur plusieurs jours.

dsc0200.jpg

dsc0162.jpg

Ambiance de joie et de liesse

dsc01211.jpg

Les maires RCD arborants leurs cocardes à cette occasion.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Encore des émeutes à Tizi Ouzou.

Posté par rcdbrto le 19 avril 2008

Encore des émeutes à Tizi Ouzou

Depuis quelques jours, des groupes de jeunes des différents quartiers de la ville de Tizi Ouzou occupent de façon récurrente le siège de la wilaya pour revendiquer des locaux. Ces groupes de citoyens, de toute évidence en détresse sociale, manifestent, de façon non organisée mais avec violence, leur colère.

Aujourd’hui encore, ce sont les jeunes du quartier des Cadi qui ont occupé l’entrée de
la Wilaya durant deux à trois heures. Ils demandent, à l’instar de ceux des autres quartiers, à être attributaire de locaux. Cette revendication fait suite à l’attribution, à tort ou à raison, des locaux commerciaux, situés devant l’hôpital NEDIR Mohammed et qui sont inscrits dans le programme de « 100 locaux par commune » décidés par le gouvernement en direction des jeunes chômeurs.

Les autorités de Wilaya gardent un silence gêné, sans doute coupable aussi, parce qu’elles ne savent pas par quel bout prendre ce problème. Beaucoup d’injustices ont été commises dans ce pays, en particulier dans cette région où les problèmes de la jeunesse et du chômage ont été traités par la manipulation politique.

Il serait naïf de penser que ces émeutes qui ont commencé il y a quelques jours, surviennent par le fait du hasard. Les festivités du 20 avril sont là. Une énième manipulation n’est pas à écarter, avec le dessein de faire déraper la traditionnelle marche pacifique organisée dans la liesse et la gaieté par la population Kabyle.

Les jeunes qui ont manifesté aujourd’hui devant
la Wilaya sont dans la difficulté. Ils sont humiliés au quotidien. L’Etat doit les écouter, les entendre et apporter les solutions adaptées à leur situation.

Ces jeunes doivent, toutefois faire attention et comprendre que le 20 avril 80 est une date anniversaire sacrée qui a consacré les libertés démocratiques dans une lutte qui a la particularité d’avoir été pacifique et loin de toute forme de violence.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

l’appel à la marche du 20 avril 2008.

Posté par rcdbrto le 19 avril 2008

COMMEMORATION DU 28éme ANNIVERSAIRE DU 20 AVRIL 80

Appel

Il y a 28 ans de cela, des jeunes fidèles aux sacrifices de leurs aînés déclenchaient pour la première fois dans l’Algérie indépendante le combat public pour l’identité amazigh et les libertés démocratiques dans un cadre inédit de lutte pacifique.

Ni la répression ni la désinformation ni les manœuvres d’un pouvoir hégémonique, violent et corrompu n’ont pu faire dévier une dynamique politique qui aura marqué l’histoire moderne de notre pays et qui contribue désormais à la reconfiguration géopolitique nord-africaine.

L’Algérie démocratique doit à avril 80 la réhabilitation de son identité, le pluralisme politique et syndical, la promotion des droits de l’Homme… Grâce à ce sursaut, l’Afrique du nord redécouvre le substrat culturel qui préfigure son destin démocratique.

Ces conquêtes sont des acquis et des messages qu’il revient à tout citoyen de protéger, cultiver et développer malgré les entraves qui pèsent sur
la Kabylie ayant engendré une insurrection citoyenne historique.

La régression politique, culturelle, économique et sociale qui s’abat aujourd’hui sur cette région est la conséquence d’une stratégie de contre développement criminelle engagée par le pouvoir.

Ces difficultés conjoncturelles ne doivent pas nous décourager. Elles exigent de chacun de nous plus de vigilance, de dévouement et de détermination.

Le RCD, partie prenante du projet démocratique et social hérité de
la Soummam qui a inspiré avril 80, en appelle aux partis politiques démocratiques, aux organisations de la société civile et à tous les citoyens pour célébrer dans la solidarité la victoire du pluralisme et de la tolérance sur le monolithisme et le sectarisme en s’organisant méthodiquement et dans le respect des sensibilités de tous en vue d’assurer la plus grande mobilisation aux marches populaires prévues le 20 avril à 10 heures à:

TIZI OUZOU du carrefour du 20 avril à la wilaya, BOUIRA du stade Bourouba à la wilaya, BGAYET du TRB à la wilaya, Pour tamazight langue nationale et officielle,

 

Pour le respect des droits de l’Homme,

Pour le respect du pluralisme politique et syndical,

Pour un Etat démocratique et social.

Publié dans Actualités. | Pas de Commentaire »

1...1516171819
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique