APW de Tizi-Ouzou : Mahfoud Belabas succède à Mohamed Ikarbane

Posté par rcdbrto le 27 janvier 2010

p04900121.jpg

L’APW de Tizi-Ouzou a procédé, hier, à l’élection de son nouveau président en la personne de M. Mahfoud Belabas, seul candidat à se présenter pour remplacer l’ancien président, M Mohand Ikarbane, élu sénateur lors des élections de renouvellement partiel du Sénat qui ont eu lieu le 29 décembre dernier.  Mr Belabas Mahfoud a obtenu 25 voix sur les 32 exprimées.  

 

Le bureau régional tient à saluer le nouveau président d’APW en lui souhaitant  bon courage et par la même occasion rend un vibrant hommage au groupe RCD à l’APW.

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

L’APW de Tizi Ouzou organise le premier Salon National de l’Artisanat

Posté par rcdbrto le 22 avril 2009

L’Assemblée Populaire de la Wilaya de Tizi-Ouzou organise, à l’occasion du 29ème anniversaire du Printemps Amazigh, du 22 au 27 Avril 2009 à la Salle omnisports Said Tazrout, le 1er Salon National de  l’Artisanat,
Ce Salon regroupera 172 artisans représentant 37 wilayas dont 112 hors wilaya de Tizi-Ouzou et 50 % de femmes, il est organisé en partenariat avec la Chambre de l’Artisanat et des Métiers, l’Association culturelle Amusnaw, la Direction de la Jeunesse et des Sports, l’Office des Etablissements de Jeunes et la Direction de l’Education.

document035.jpg

Message du Président de l’APW

L’ARTISANAT, UN PATRIMOINE A PRESERVER ET A PROMOUVOIR

Dans le cadre de la célébration des festivités du 29ème anniversaire du Printemps Amazigh, l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi-Ouzou décide de marquer cet événement mémorable par la tenue d’un Salon national de l’artisanat, comme elle l’avait fait l’année précédente à la même occasion en organisant des journées d’études sur l’Amazighité.
Pourquoi un Salon national de l’artisanat ?      
L’artisanat constitue une activité principale dans la vie économique et sociale depuis la nuit des temps. Elle est pratiquée comme source de vie dans les sociétés traditionnelles comme c’est le cas du travail de la terre notamment en milieu rural.

En l’absence de moyens modernes actuels, jadis, les familles rurales ont subsisté grâce aux travaux manuels qu’ils utilisaient pour subvenir à leurs besoins que ce soit en habillements, ustensiles ménagères, voire comme outils de divers usages. Il s’agit entre autres des métiers du tissage, de poterie, de bijouterie, de gravures ou sculpture sur pierre ou sur bois, de logis traditionnel, etc.          
Dans notre wilaya tout comme sur le territoire national, cette activité ancestrale authentique se doit d’être sauvegardée et préservée comme patrimoine culturel, économique et social.
L’artisanat constitue aussi un des segments de notre identité culturelle. Dans notre wilaya, des fêtes annuelles artisanales sont organisées à travers plusieurs localités à l’instar de la fête de la poterie de Mâatkas, des bijoux d’Ait Yenni, du tapis d’Ait Hichem, etc.    
De ce fait, la promotion de l’artisanat doit être une vocation pour notre pays. C’est l’une des préoccupations de notre Assemblée. Et c’est pour cela que nous nous attelons à organiser un Salon national qui regroupera outre les artisans de différentes régions d’Algérie, la Chambre de l’Artisanat et des Métiers de la wilaya de Tizi-Ouzou, l’Association culturelle Amusnaw, les professionnels du secteur avec la collaboration de la Direction de la Jeunesse et des Sports, de l’Office des Etablissements de Jeunes et de la Direction de l’Education, pour échanger des expériences et des points de vue sur le devenir de cette activité ancestrale.     
L’APW de Tizi Ouzou a inscrit dans son programme la prise en charge de ce secteur. C’est ainsi que ce salon servira à offrir un espace d’échanges des expériences et de savoir-faire, il permettra aussi aux participants de promouvoir leurs produits. C’est aussi une opportunité pour notre Assemblée de cerner les entraves et de prospecter les voies et moyens appropriés pour soutenir la corporation en l’aidant à mieux s’organiser pour devenir un secteur attractif et surtout perpétuer les métiers manuels.

Mr.IKarbane
Président de l’APW de Tizi-Ouzou

document036.jpg

 

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

L’APW organise les 27 et 28 janvier 2009 un séminaire sur la relance de l’outil de réalisation à travers la wilaya de Tizi Ouzou

Posté par rcdbrto le 30 janvier 2009

« Cerner les blocages, établir les recommandations, donner les voies et moyens et les dispositions à prendre pour lever les obstacles et relancer l’outil de réalisation dans notre région« , c’est en ces termes que le président de l’APW de Tizi Ouzou, M. Ikarbane, dans son discours d’ouverture, a résumé les attentes du séminaire organisé par son institution les 27 et 28 janvier 2009 au siège de l’APW, devant une assistance nombreuse, composée de responsables et élus locaux, de parlementaires, d’entrepreneurs, d’acteurs sociaux, d’universitaires et de représentants de la presse nationale.

C’est un constat sans complaisance  sur la situation qui prévaut à travers la wilaya qui a été présenté par le P/APW. Une somme d’ingrédients évoqués par ce dernier tels que « le terrorisme, les événements de Kabylie, l’absence d’instances élues, les enlèvements d’entrepreneurs, le marché instable des matériaux de construction, le manque de main d’oeuvre qualifiée, les difficultés bureaucratiques, la corruption… « Tous ces paramètres, ajoute M. Ikarbane, « conduisent à une désarticulation du secteur qui se morfond dans des problèmes inextricables« .

Prenant la parole à son tour, le wali, M. Hocine Mazouz, dira que « l’argent à lui seul ne suffit pas pour amorcer le développement économique » car selon lui « le développement ne se décrète pas ». « Il faudrait avant tout mettre en place les infrastructures nécessaires pour attirer l’investissement, telles que le réseau routier, la viabilisation du foncier, l’eau, l’électricité, le gaz, etc… dont souffre la wilaya ». Pour lui, « la wilaya de Tizi Ouzou accuse un retard énorme dans ce domaine ». Toutefois, il ne donne pas de solutions pour rattraper ce retard.

Plus technique, le secrétaire général a présenté le programme de développement de la wilaya sous forme de tableaux chiffrés. Il n’est pas loin du programme présidentiel à l’échelle wilayale et curieusement celui-ci concerne le bilan de la période 1999-2008 ainsi et le programme quinquennal 2009 – 2013.

Dans leurs interventions respectives, les directeurs des travaux publics, de l’hydraulique, de l’emploi et de la formation professionnelle, ils ont, chacun, essayé de défendre leur secteur respectif en donnant la liste des projets réalisés. En somme, ils ont défendu leur statut.

Les autres intervenants, qui se sont succédés à la tribune, ont donné un son de cloche diamétralement opposé, notamment les membres de l’Observatoire pour le développement économique et social (ODES), instance consultative auprès du président de l’APW. Ces derniers n’ont pas manqué d’énumérer les divers problèmes et contraintes sur lesquels bute l’outil de réalisation depuis des années dans  la wilaya de Tizi Ouzou.

Dans son intervention, M. Ouchallal Mohamed, ancien président de l’APW -RCD de  1990, expert minier et membre de l’ODES, a axé sa communication sur l’humanisation des chantiers  et l’insuffisance en matière d’encadrement et de maîtrise.

M. Hamdani Amar – architecte, président de l’Ordre des architectes de la wilaya et membre de l’ODES – a dressé, quant à lui , dans son intervention, un état des lieux de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’oeuvre. Il a relevé des insuffisances tant en ce qui concerne  la maîtrise d’ouvrage que dans les prestations des bureaux d’études et des entreprise. Il énumère quelques reproches à l’administration tels que les délais de payement, les prix, la caution bancaire, les études, les appels d’offres et les trop grands projets, tous obstacles qui tendent à exclure les petites entreprises. En guise de perspectives, M. Hamdani dira : «  le maître d’ouvrage, le bureau d’études et l’entreprise sont complémentaires et qu’ils doivent trouver les moyens appropriés pour communiquer, surmonter leurs malentendus et insuffisances pour redynamiser le secteur du BTP qui pourrait stimuler toute l’économie de la wilaya« .

Dans son exposé, M. Medjkouh Ameziane, directeur de la Chambre de commerce et de l’industrie du Djurdjura a abordé les contraintes rencontrées par les entreprises du BTPH en révélant que « sur 8700 PME-PMI existantes à l’échelle de wilaya, seules 1550 entreprises relèvent du BTP soit 18 %, alors qu’au niveau national, le taux est de 35 % ». « Les causes de ce syndrome dépressif, dira M. Madjkouh, sont classés par ordre de contraintes rencontrées à savoir « la relation avec l’administration, un code des marchés encore inadapté, les problèmes liées aux approvisionnements,  l’accès au financement bancaire, le management de l’entreprise, la fiscalité et parafiscalité, le manque d’information économique et statistique et l’insécurité ».

Les communications de MM. Khouas Tahar – inspecteur des impôts et membre de l’ODES – sur la fiscalité et l’entreprise ainsi que celle de Ait Aider Akli – directeur régional de la BNA et membre de l’ODES – sur le financement de la PME /PMI, sont présentées sous forme purement technique. Ils ont expliqué et vulgarisé  le dispositif fiscal de droit commun et les dispositions dérogatoires régissant le régime fiscal pour le premier et la relation des entreprises avec les banques et les modalités de financement pour le second.

Parallèlement à la plénière, trois ateliers ont planché sur les  éléments clés sur lesquels s’est articulé le séminaire : maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’oeuvre et l’entreprise. Les trois ateliers sont modérés respectivement chacun par un membre de l’ODES : Tessa Ahmed (économiste) pour le premier atelier, Hessas Malek (ingénieur en génie civil) pour le second et enfin Madjene Lakhdar (chef d’entreprise) pour le troisième.

Après plusieurs heures de débats fructueux, les rapports des ateliers ont été présentés devant la plénière.

Des recommandations diverses, denses et sans complaisance ont été données: levée des contraintes bureaucratiques rencontrées par les entreprises, transparence dans l’attribution des marchés,  suivi des projets, regroupement des entreprises pour la réalisation des grands projets, allégement des procédures administratives, mise en place d’un cadre de concertation entre l’administration et les entreprises de réalisation…

Dans la perspective du regroupement des entreprises, une association  des entrepreneurs a vu le jour à la fin du séminaire. Les chefs d’entreprises de réalisation ont tenu leur première réunion.

Un comité de suivi des recommandations a été installé par le P/APW. Il est composé de deux membres de l’exécutif de l’APW, de cinq directeurs de wilaya, de quelques membres de l’ODES, de trois députés et de représentants d’entreprises de réalisation et de bureaux d’études.

Voici le message du président de l’APW

document014.jpg

 

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

APW de TIZI-OUZOU: Insécurité; les pouvoirs publics mit devant leurs résponsabilités.

Posté par rcdbrto le 13 juillet 2008

APW de TIZI-OUZOU:

Insécurité, les pouvoirs publics mis devant leurs responsabilités.

L’APW de Tizi Ouzou a organisé ce jour 12 juillet 2008 une journée de débats consacrée à l’insécurité dans la wilaya de Tizi Ouzou. Cette journée s’est déroulée dans de bonnes conditions. 

Les débats ont été pratiquement menés par nos élus qui ont été à la hauteur de leurs responsabilités. Le niveau des interventions était excellent et les préoccupations de nos citoyens ont été clairement exprimées par les intervenants.

Le président de l’APW a mené les débats avec beaucoup de compétence et aucun dérapage verbal n’a été noté.

Après la lecture de la déclaration liminaire dans laquelle il a insisté sur la nécessité : 

de débattre de la sécurité dans la région,

-  de rétablir la sécurité pour prétendre au développement,

-  d’interpeller fermement les pouvoirs publics et de les amener à prendre leurs responsabilités,

-   d’insister sur l’unique représentativité des seuls élus comme interlocuteurs des pouvoirs publics. 

Monsieur Ikarbane ouvre officiellement la journée et donne la parole au premier intervenant. 

La bonne humeur, la convivialité et la sérénité ont prévalu malgré l’existence de quelques divergences concernant l’approche du problème sécuritaire et l’appréciation qui en est faite par les uns et les autres.Ces divergences sont naturellement en relation avec l’appartenance politique des intervenants.

Il faut observer l’absence à cette rencontre des élus du RND et du FFS. Quoique concernant ces derniers, nous avons noté la présence de quelques élus locaux.

A contrario, les élus du FLN étaient présents. Députés, élus de l’APW et élus APC ont participé au débats avec beaucoup de cordialité. Le député, mouhafadh Said Lakhdari a assumé publiquement sa volonté et celle du groupe FLN de « travailler avec des partenaires majoritaires aux assemblées locales et de wilaya ».

La fin des débats a été sanctionnée par une déclaration finale qui a repris l’essentiel des interventions. Elle fait (la déclaration finale) le constat de l’insécurité endémique qui prévaut dans la wilaya et met devant leurs responsabilités les pouvoirs publics. Elle insiste sur la seule représentativité légitime des élus, comme seuls mandataires de la population et avertit contre toute tentative de détourner ou de pervertir le message des urnes.

La rencontre s’est terminée avec la promesse de continuer à impliquer tous les élus dans la construction du destin de la région.

Lire la suite… »

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

12
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique