RESOLUTIONS DU CONSEIL NATIONAL DU 06 JUILLET 2019

Posté par rcdbrto le 7 juillet 2019

Le Conseil national du RCD s’est réuni, en session ordinaire, le 06 juillet à Alger. Il a examiné la situation générale du pays et a évalué et tracé les perspectives de l’action du parti.

L’instance dirigeante du Rassemblement salue la détermination du peuple algérien renouvelée, avec force et dans l’unité, à l’occasion du 57ème anniversaire de sa victoire contre le colonialisme pour prendre en mains ses destinés. Né des luttes pacifiques pour la démocratie et l’égalité en droit de tous les citoyens indépendamment de leur couleur, leur langue maternelle ou leur sexe, notre parti estime que rien n’est plus cher pour l’avenir du pays que le maintien de l’élan populaire exceptionnel du 22 février 2019.

Le Conseil national du RCD se félicite de la disponibilité, à toutes épreuves, de nos militantes et militants mobilisés comme une composante du soulèvement populaire. Il enregistrel’intervention politique de notre parti pour instaurer le débat et aider à la clarification des enjeux en vue d’un nouveau départ pour la construction d’un Etat de droit démocratique. C’est, en effet, le concentré de la demande populaire.

Comme sous le règne du président déchu, d’où que l’on vienne, l’obstacle aujourd’hui est l’accaparement de l’appareil judicaire utilisé pour assoir la mainmise d’un groupe sur tous les pouvoirs de décisions. Qui peut croire aujourd’hui que parmi les décideurs acharnés d’un 5ème mandat, il existerait chez certains d’entre eux des motivations autres que le maintien d’un statu quo et d’un système fait de dilapidation de l’argent public, de rapine et d’impunité ? Qui peut croire que le vice ministre de la défense, l’actuel président de l’Etat ou le chef du gouvernement, tous illégitimes, avaient pour motivations le sauvetage de notre pays de la issaba, eux qui étaient les principaux promoteurs la reconduction de Bouteflika par le biais de son cadre ? La réponse a été magistralement donnée le 22 février 2019 par le peuple Algérien.

Une justice indépendante, pilier central de tout état de droit, ne sert pas uniquement à condamner. Elle doit aussi innocenter, dédommager et rétablir l’honneur de personnes accusées à tort. On n’en est loin.

C’est cette justice aux ordres du vice ministre de la défense qui viole la loi en recourant à des montages et des approximations juridiques pour jeter en prison un moudjahid authentique pour délit d’opinion et des jeunes citoyens, pour délit de possession de l’emblème Amazigh, symbole de l’identité nord-africaine.

Le Conseil national qui condamne avec force l’offensive du pouvoir de fait contre les libertés citoyennes, estime qu’il ne peut y avoir de solution à la crise par la reconduction des autoritarismes qui ont ruiné le pays. Il exige la libération immédiate et inconditionnelle des détenus d’opinion et l’arrêt de la répression.

Sur un autre plan, la direction nationale du RCD se félicite de l’initiative de regroupement des forces démocratiques et des forces vives du pays. Elle estime que l’élargissement de ce cadre est aujourd’hui un impératif pour aider à donner un cours positif au soulèvement populaire. La transition démocratique est la seule voie pour préparer un environnement institutionnel qui permet l’expression de la souveraineté populaire et entamer le chantier salvateur de la refondation de l’Etat.

Alger, le 07 juillet 2019

Le Conseil national du RCD

http://rcd-algerie.net/2019/07/resolutions-du-conseil-national-du-06-juillet-2019/?fbclid=IwAR3IGg4KGuhvtY4OoFdttJ9jaZHzk8RYSSBMapP2Sx7f5_8Yno82MPo8eY0

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique