Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 12)

Posté par rcdbrto le 28 mars 2017

 

16730163_714629485381053_2767939734726963096_n

Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 12)

Sécurité nationale, politique étrangère et communauté algérienne à l’étranger
Sécurité nationale

Dans notre pays, les questions de défense et de sécurité sont occultées ou instrumentalisées. Au moment où cette problématique est d’une actualité brulante, il est indispensable d’ouvrir ce débat d’une manière sereine. Il s’agit de mettre en avant le fait que la défense nationale est l’affaire de tous et concerne chaque citoyen. En effet, les transformations mondiales en cours dans le domaine des nouvelles technologies de l’information, l’internationalisation du terrorisme, la globalisation de l’économie, la cybercriminalité nous imposent de faire de la sécurité nationale une préoccupation au plus haut niveau de la décision politique. Pour le RCD, la sécurité nationale ne saurait être isolée de l’état général de la société, de la nature de l’Etat et des enjeux stratégiques qu’impliquent nos intérêts nationaux. Les circonstances et l’ampleur de l’attaque terroriste qui a ciblé le complexe pétrolier de Tiguentourine nous interpellent pour repenser profondément toutes ces questions à commencer par le renseignement, indispensable pour la garantie de la sécurité des citoyens et des biens de la collectivité nationale. 
Pour le RCD il s’agit de : 
• Redéfinir, réorganiser et renforcer la structure du Renseignement avec un cadre juridique approprié qui précise les missions, le mandat, les modes de désignation et les responsabilités de chaque acteur du secteur.
• Fixer comme missions prioritaires au renseignement la lutte contre le terrorisme, la protection des infrastructures essentielles, la lutte contre le crime économique et le contrôle des frontières extérieures.
• Opérer une réforme culturelle dans le domaine du renseignement pour faire en sorte que l’action des services de sécurité et, en particulier, de renseignements ne soit plus assimilée à la surveillance des citoyens pour rompre effectivement avec les pratiques de la police politique.
• Promouvoir le personnel féminin dans la responsabilité au sein des institutions chargées de la sécurité et de la défense.
• Créer un organisme permanent chargé d’anticiper, prévenir et recenser les crises qui menacent la sécurité des territoires à l’image de celle qu’a vécu et que vit toujours la région de Ghardaïa et certaines régions de l’Est du pays. Cet organe sera composé, en plus des représentants de l’administration, de parlementaires, de sociologues, de politologues et de tout autre expert qui s’avèrera utile pour son efficacité. Il sera rattaché au ministère de l’intérieur. 
• Investir de pouvoirs de police un corps permanant de l’armée nationale populaire spécialisé dans le contrôle et la surveillance des frontières.

Politique étrangère et communauté algérienne établie à l’étranger

Dans le monde, les équilibres géopolitiques sont de plus en plus brouillés et perturbés. Les conflits se multiplient et s’enlisent à nos frontières. L’Algérie est réduite au simple rôle de sous-traitant dans le renseignement et de « règlement » des conflits dans le Sahel. Les puissances étrangères se tournent vers nos voisins lorsqu’il s’agit de coopération dans le domaine du développement économique et humain. Pour le RCD il s’agit de réinventer la diplomatie algérienne pour : 
• Investir notre continent afin de donner une résonnance positive et un poids à l’action diplomatique de notre pays en Afrique en vue de gagner de l’influence sur la scène internationale. La sécurité de nos frontières dépend aussi de la stabilité des pays voisins. Pour que notre diplomatie joue un rôle de premier plan dans le règlement des conflits nous devons impulser dans cette sphère des investissements générateurs d’emplois et de richesses et promouvoir notre culture et nos arts en développant des centres culturels algériens à l’étranger.
• Prioriser dans nos relations économiques les pays des espaces européens et asiatiques.
• Mettre en place les mécanismes d’une coopération économique croissante et diversifiée avec les pays de l’Afrique du Nord. 
• Mettre en place les mécanismes d’une coopération sécuritaire avec les pays de l’Afrique du Nord et du Sahel afin que notre région ne se transforme pas en base arrière du terrorisme international. Il s’agit de prendre des mesures communes concrètes afin de lutter efficacement et de manière conjointe contre le terrorisme.
• Approfondir et élargir nos relations économiques et humaines avec l’Union européenne, notamment avec les pays du sud de ce continent et de l’Amérique du Nord, en particulier le Canada, qui accueillent une communauté nationale importante.

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique