Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 11)

Posté par rcdbrto le 28 mars 2017

16730163_714629485381053_2767939734726963096_n

Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 11)

Tourisme, le renouveau culturel et artisanat

Considéré comme l’un des vecteurs majeurs de la prospérité et du commerce international des services, le tourisme ne pèse pratiquement pas dans les activités économiques de notre pays. La crise économique que traverse l’Algérie est une oportunité pour se tourner enfin vers un secteur jusque-là délaissé et qui constitue un moteur de développement du fait notamment de la quantité d’emplois qu’il peut générer de manière directe et indirecte et aux devises étrangères qu’il permet d’engranger. Pensé dans l’esprit d’un dévelopement durable avec la valorisation de notre patrimoine culturel et la revalorisation des metiers de l’artisanat, il profite à plusieurs secteurs économiques (transport, hébergement, restauration, bâtiment, activités de l’art et de la culture, artisanat, banques et télécommunications etc.) et à diverses catégories sociales touchant, particulièrement, une main d’œuvre de faible et de moyenne qualification. Le RCD se propose d’en faire un secteur prioritaire pour l’investissement privé et de l’amener à moyen terme à devenir le deuxiéme secteur générateur de devises après les hydrocarbures.

Nous avons comme ambition de:
• Verser dans le secteur du tourisme par le biais de la vente avec cahier de charge, dès la première année, les résidences d’Etat (Moreti, Club des pins, nouveau club des pins …).
• Ouvrir le capital de toutes les Entreprises de Gestion Touristique à travers toutes les wilayas du pays (Corne d’or, CET, Matares, Sable d’or…).
• Recenser les résidences d’Etat affectées à divers commis de l’Etat dans le but de les transférer au secteur du tourisme et de la culture en vue de servir de musées ou de gîtes pour les touristes. 
• Construire un Grand musée de l’histoire afin de recueillir, d’étudier, conserver et présenter des objets matériels qui témoignent de l’histoire multimillénaire de l’Algérie. Il sera aussi une institution de recherche en Histoire, archéologie, anthropologie, cultures populaires, des arts et des antiquités. Il sera doté d’un centre scientifique, un centre de conférence et un auditorium.
• Protéger physiquement les sites naturels et archéologiques à l’exemple des gravures rupestres du sud du pays.
• Dégager des assiettes de terrain pour la construction de centres touristiques balnéaires dont au minimum 90 pour la première année. Le choix des opérateurs se fera sur la base de cahiers des charges incluant la promotion des énergies renouvelables et le respect de l’environnement.
• Dégager des assiettes pour la construction de centres touristiques autour des sources thermales.
• Doter les sites naturels du Sahara d’infrastructures d’accueil. Il y a lieu de favoriser l’exploitation de niches touristiques spécifiques telles que le tourisme culturel grâce à un patrimoine archéologique privilégié et des parcs naturels sans égal dans le Grand sud.

Avec l’achèvement des projets en cours qui représentent environ 50 000 lits, le programme envisagé par toutes ces mesures permettra de porter la capacité du secteur à 300 000 lits. Le gain en emplois est considérable d’autant que de nouveaux métiers ou d’autres qui sont dévalorisés comme les guides et la panoplie du personnel d’accueil seront au centre de formations spécifiques à la diversité qu’offre notre pays. 
Cette dynamique mise en place est à même, après cinq (05) années, de s’ajuster par elle-même grâce au marché (principalement la demande) comme dans la plupart des pays où l’industrie touristique est florissante.

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique