Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 10)

Posté par rcdbrto le 12 mars 2017

16730163_714629485381053_2767939734726963096_n

Un nouveau départ pour l’Algérie (Partie 10)

Jeunesse et sport

La jeunesse :
La jeunesse, marginalisée et exclue des centres de décisions, est réduite à choisir entre le mal et le pire. La harga, l’immolation et parfois le maquis font échos à la mal vie, le chômage ou l’émeute. C’est ainsi que, faute de projet pour le pays, la jeunesse a été fourvoyée, la rente pétrolière aidant, dans des pseudos dispositifs qui l’ont davantage précarisé. Les postes de pré-emploi érigés, en fin de compte, en norme et avec un salaire de misère ne camouflent plus les chiffres officiels du chômage. Dans le même temps, les entreprises créées dans le cadre des dispositifs ANSEJ, ANGEM et CNAC sont pratiquement asphyxiées et les jeunes promoteurs subissent un harcèlement judiciaire sans précédent. Dans le but de faire cesser l’ostracisme qui frappe de plein fouet cette frange importante de la société, il s’agit pour le RCD de : 
• Mettre en place des incitations fiscales qui favorisent l’emploi des jeunes au lieu de dispositifs directs.
• Mettre en place un dispositif d’incitations au travail de la terre en consentant les soutiens nécessaires à une intégration durable du jeune dans l’agriculture.
• Instituer une allocation d’insertion pour les jeunes (AIJ). Il s’agit d’un accompagnement pour une insertion dans une activité salariale qui peut inclure une formation ou bien un accompagnement pour créer sa propre entreprise. Cette mesure concerne tous les jeunes qui sortent du système éducatif. Le refus non motivé d’une proposition d’emploi implique la suspension de l’allocation (pas la recherche d’une insertion par l’organisme en charge).
• Parvenir à une durée modulable et courte du service national par la redéfinition de sa fonction et des objectifs qui lui sont assignés. 

Le sport:

Le sport algérien se débat dans une situation chaotique. L’échec de l’expérience du professionnalisme dans le football, lancée depuis plus de six ans, est symptomatique de la régression de la pratique sportive marquée par la dépendance aux financements publics et la mauvaise gestion. Le sport amateur ou professionnel dans notre pays ne peut se réduire à quelques clubs disposant de ressources financières substantielles. Il apparaît urgent de dégager des propositions concrètes pour améliorer l’organisation, la gestion et la compétitivité́ du sport professionnel et amateur en Algérie. Fondé sur la régulation, la transparence et la formation, ce secteur pourrait générer une compétitivité́ économique et sportive importante. Mais l’urgence pour le RCD est la structuration du sport scolaire, universitaire et professionnel féminin et le déploiement des ressources financières dans ce domaine. 
Il s’agit de :
• Accroitre la médiatisation du sport scolaire, universitaire et professionnel féminin ; 
• Lutter contre les discriminations subies par le sport scolaire, universitaire et professionnel féminin. 
• Prévoir une contractualisation Etat – fédérations sur la restructuration du sport scolaire, universitaire et des clubs féminins inscrits dans les compétitions de l’élite nationale.
• Instaurer un bilan annuel sur la structuration de la fédération du sport scolaire et universitaire et des ligues nationales féminines et sur l’égalité avec les secteurs masculins.
• Instaurer un dispositif d’aide au sport scolaire et universitaire et à l’emploi de managers pour les clubs féminins de l’élite nationale.
• Installer une Conférence permanente sur la médiatisation du sport scolaire, universitaire et le sport de masse.

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique