Conseil national du RCD: le 4e congrès fixé au premier semestre 2012 Lesoir

Posté par rcdbrto le 19 décembre 2011

Outre l’analyse de la situation politique, économique et sociale qui prévaut dans le pays, le conseil national du RCD, réuni vendredi en session extraordinaire à Alger, a décidé la tenue du 4e congrès du parti au cours du premier semestre 2012.

Ce rendez-vous organique, escale déterminante, sera l’occasion pour le parti «d’apprécier et traiter au plus près des exigences patriotiques de la période actuelle. » Le RCD est rendu à la conviction qu’une «page se tourne dans notre histoire politique» et que «le combat appelle concertation et adaptation méthodologique». Cette résolution, il va sans dire, tient aussi compte, chez le RCD, de l’appréciation de la conjoncture marquée à la fois par le train de mesures désignées sous le vocable de réformes politiques profondes et par les échauffements préélectoraux. «Sur le plan politique, les projets de loi avalés par le Parlement signent la volonté de réintroduire les méthodes du parti unique dans la vie politique. Le chantage à l’islamisme, affiché par le régime, se traduit dans les faits par le sponsoring systémique des différents courants fondamentalistes. Chaque centre de décisions du pouvoir, la présidence ou le DRS, sollicite, regroupe et mobilise ses factions pour s’assurer contrôle, reconnaissance et, éventuellement, protection de la future majorité parlementaire. Les manipulations médiatiques qui visent à accréditer l’idée que le régime serait un barrage contre l’extrémisme religieux sont battues en brèche par la réalité politique. Concrètement, une majorité formelle des islamistes au Parlement ne serait que l’officialisation d’un concubinage établi depuis des décennies», note le RCD dans la résolution finale de son conseil national. Vendredi, le président du parti, Saïd Sadi, avait affirmé qu’il «vaut mieux un islamiste qui s’assume qu’un FLN qui nous consume», avertissant qu’il fallait sortir de la supercherie du chantage par l’islamisme. Le RCD n’a pas manqué également de relever les approximations du pouvoir algérien en matière de diplomatie. «Sur le plan diplomatique, le pouvoir algérien navigue sur des trajectoires où se croisent provocations, soumissions et reniements », détaillant qu’«après avoir soutenu le président yéménite et le colonel Kadhafi jusqu’à l’ultime seconde, Alger tente de s’en démarquer après les pressions occidentales et les admonestations qataries. On peut estimer que le même revirement s’appliquera au dossier Syrien.» Le parti s’attarde aussi sur le comportement du pouvoir avec le dossier tunisien. «Une fois actionnés tous les relais politico-médiatiques pour dramatiser et disqualifier le changement en Tunisie, le pouvoir déroule le tapis rouge au responsable du parti islamistes Ennahda donné quelques semaines auparavant comme la charge explosive de la bombe intégriste dans la région.» Il ne rate pas également d’épingler la diplomatie algérienne sur d’autres dossiers. «Exigeant la repentance de la France, le chef de l’Etat n’a rien trouvé de mieux que d’envoyer à Paris son ministre des Affaires étrangères pour justifier ses réformes devant le Parlement français. » Le RCD relève, par ailleurs, que le pouvoir achète sa survie en hypothéquant la souveraineté économique nationale par des concessions aussi indignes que dangereuses. S’agissant des prochaines consultations électorales, le RCD atteste que le système s’apprête à rééditer une opération électorale réglée par les quotas distribués par les officines. Il réitère que seule une surveillance internationale massive et qualifiée permettra de ramener la mobilisation citoyenne et le crédit politique. «Cette condition, couplée à l’impératif d’un cahier des charges posant les fondamentaux démocratiques en tant que préalables non négociables s’imposant à tout compétiteur, déterminera la position du RCD quant aux prochaines échéances électorales.» S. A. I.

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique