• Accueil
  • > Commemoration
  • > 17 Octobre 1961 : Les fils de chahids et les universitaires de Tizi Ouzou dénoncent la perversion

17 Octobre 1961 : Les fils de chahids et les universitaires de Tizi Ouzou dénoncent la perversion

Posté par rcdbrto le 17 octobre 2011

17octobre.jpg17 octobre 1961 / 17 octobre 2011 

Un demi-siècle, après les ignobles assassinats des émigrés algériens en France, jetés par centaines à
la Seine, MESSALI HADJ est réhabilité avec tambours et trompettes, par un Bouteflika finissant. 

Maurice PAPON peut ricaner dans sa tombe et DIDOUCHE Mourad qui avertissait « si nous venions à mourir, défendez nos mémoires », se sentira trahi. 

Des voix  s’élèvent, ici et là, dont celle de ABADOU, Président de l’ONM, pour rappeler que MESSALI est un traitre. Du côté de BENYOUNES dit Daniel, célèbre au FFS et soi-disant président de l’association des anciens membres de la glorieuse et puissante « Fédération de France », directement concerné par ce 17 octobre 1961, c’est honteusement le silence radio ! Pendre position, pour cette catégorie d’individus, c’est risquer de  perdre leurs nombreux privilèges octroyés par Boutef pour des missions précises : 

-          N’a-t-il pas autorisé et entretenu le torchon de la « débauche de Kabylie » afin de polluer la région ? 

-          N’a-t-il pas désigné BENYOUNES Amara membre de son directoire de campagne électorale à la dernière présidentielle ? 

-          N’a-t-il pas, entre autre,  fait de BENYOUNES dit Daniel, un sénateur marionnette du tiers présidentiel ? 

Et en ce 17 octobre,  comme un bon nombre des fossoyeurs de l’Histoire de ce pays, ils se recueilleront certainement dans nos cimetières et monuments. Ils verseront même quelques larmes de crocodiles en disant sous cape : « les morts ont toujours tords ! ». La « débauche de Kabylie » de BENYOUNES Amara et du cadet Idir titrerait, à la une, en cette date souvenir : « PAPON, ce criminel ! » mais passeront sous silence la réhabilitation de MESSALI, l’autre acteur et  bourreau du carnage du 17 octobre, pour ne pas contredire et fâcher BOUTEF, leur  protecteur. 

Et oui, ce 17 octobre du souvenir, ils palabreront tous  avec  leur lâcheté, leurs compromissions, leur cupidité, leurs trahisons… 

Tous, ils oublieront que les messalistes, autant ou même plus que PAPON, étaient complètement impliqués dans les assassinats des centaines  d’émigrés. Ils ne diront rien parce que leur tuteur a  réhabilité MESSALI d’autorité. 

Fideles à leurs habitudes, ces charognards gardent toujours  le silence quand ils ne sont pas sifflés par leurs maitres et  la scandaleuse et révoltante attribution du « doctorat honoris causa », par des pseudos universitaires de Tizi Ouzou, au sinistre Ben Bella, assassin de Kabyles et détracteur de ABANE Ramdane, en est  une illustration. 

A toute  cette faune de racaille qui n’évolue que dans la rapine, l’escroquerie, la trahison, la servitude,   les étudiants et les dignes fils de chahid  vous disent : «  Arrêtez de polluer nos espaces déjà nauséabonds.  Laissez-nous construire  un semblant de demain, loin de vos mensonges et de vos lâchetés ». 

« Taisez-vous !» 

SIGNATAIRES: -  Les étudiants de l’université  de Tizi Ouzou, héritiers de Mouloud MAMMERI et   d’AVRIL 80  et de ses valeurs ; 

-  Et  les dignes fils de chahid qui refusent la falsification de l’histoire et  qui se mobilisent pour défendre la mémoire de leurs parents. 

                                                                                                   Tizi Ouzou le 17/10/2011

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique