• Accueil
  • > corruption
  • > Affaire des 38 milliards de la rénovation du théâtre Kateb Yacine de Tizi Ouzou: pourquoi aurait-il fallu enquêter ?

Affaire des 38 milliards de la rénovation du théâtre Kateb Yacine de Tizi Ouzou: pourquoi aurait-il fallu enquêter ?

Posté par rcdbrto le 2 avril 2011

Le Président de l’Assemblée populaire de la wilaya de Tizi Ouzou a tenu, dimanche 13 mars, une conférence de presse pour informer l’opinion publique du rejet du ministère de l’Intérieur de la délibération portant création d’une commission d’enquête sur la gestion du secteur de la culture dans notre wilaya. Le Président de l’APW nous apprend aussi que toutes les délibérations adoptées par l’Assemblée de wilaya depuis son élection (64 délibérations exactement) ont été approuvées sans aucun problème sauf bien sûr cette dernière où il est question d’enquêter sur la gestion des dépenses du secteur de la culture.

On se souvient que lors de la cérémonie de réouverture du théâtre Kateb Yacine, le 9 novembre dernier, le directeur de la culture de la wilaya a annoncé, non sans fierté, que les travaux de rénovation de cette infrastructure culturelle ont couté la bagatelle de 380 millions de Dinars (38 milliards de centimes).

Pour les non avertis, ce montant peut ne pas signifier grand-chose, mais pour les initiés et surtout les professionnels de la construction, il s’agit là d’un montant faramineux d’autant plus qu’il n’a été question que de travaux de rénovation. Car en dehors d’un rajout de quelques poteaux à l’extérieur, ceux qui connaissent l’édifice en question auront remarqué que l’ensemble des éléments de la structure, c’est-à-dire les fondations, les poteaux, les poutres et chainages, les planchers, les escaliers et même les cloisons (murs en pierres) extérieures et intérieures n’ont pratiquement pas été touchés.

Pour mesurer l’ampleur de la somme engloutie par des travaux de rénovation, je ferai appel à une comparaison avec des exemples concrets en évoquant, chiffres à l’appui, le tout bien sûr facilement vérifiable, quelques opérations récentes à lancer ou en cours de réalisation dans le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou dans le domaine des équipements publics, précisément des infrastructures scolaires (lycées et collège). Il serait intéressant aussi de pouvoir apprécier, à l’aide d’un bref calcul mathématique, le nombre de logements sociaux qu’on aurait pu réaliser avec une telle enveloppe financière. Il demeure entendu que tous les projets cités et tous les chiffres avancés peuvent facilement être vérifiés.
. Dans le domaine des infrastructures scolaires :

Pour la réalisation d’un lycée 800/200 à Tizi Rached (800 élèves dont 200 internes) comprenant les blocs enseignements (les classes), les blocs hébergements (les dortoirs), le bloc administration, l’auditorium, le gymnase, le bloc services (réfectoire + cuisine) et le bloc logements de fonction, l’enveloppe prévue est de 234.672.000 DA.

Il en est de même pour le lycée 1000/300 (1000 élèves dont 300 internes) à Mekla, en cours de travaux, dont l’enveloppe est de 223.870.000 DA et le lycée 1000/300 à Aït Yahia dont l’enveloppe est de 230.645.000 DA.

Une simple règle de trois nous indique que ces importantes infrastructures éducatives (comprenant plusieurs bâtiments) qui seront construites à partir des fondations couteront chacune 40% moins chère que les travaux de rénovation du théâtre Kateb Yacine.

Un autre exemple : le collège Mouloud Feraoun, l’un des premiers collèges de la wilaya de Tizi Ouzou, qui a été complètement rasé et reconstruit en totalité. Le montant de cette opération est de 95.890.000 DA soit près de quatre fois moins que la rénovation du théâtre Kateb Yacine.

2. Dans le domaine du logement social :

Le prix du logement social réalisé par l’OPGI de Tizi Ouzou ne dépasse en aucun cas (je dis bien en aucun cas) les 40.000 DA le m² (montant encore une fois vérifiable auprès de l’OPGI ou auprès des entrepreneurs et bureaux d’études qui participent à la réalisation de ce type de logement). Pour des logements de type F3 d’une surface habitable de 65 m², les 380.000.000 DA, nous permettront de réaliser : 380.000.000/ (40.000 x 65) = 146,15 logements.
Oui, vous avez bien lu, il s’agit bien d’une cité complètement aménagée et viabilisée de 146 logements.

Tels sont les quelques éléments d’appréciation que je mets à la disposition du lecteur.

En ce cas d’espèce, n’est-il pas légitime ou même du devoir pour une institution élue de s’interroger sur l’utilisation qui a été faite de l’argent public et de se soucier de la manière dont il a été dépensé ?

En déniant à l’APW le droit d’exercer une prérogative pourtant garantie par la loi, le ministère de l’Intérieur confirme les doutes sur la gestion du secteur de la culture dans notre wilaya et nous autorise à croire que, malheureusement, les autorités au plus haut niveau cautionnent cette gestion et la couvrent.

Malik Hessas

Ingénieur en génie-civil

Directeur d’entreprise de promotion immobilière

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique