• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Communiqué du secrétariat national du RCD

Posté par rcdbrto le 10 janvier 2011

Répression, irresponsabilité et démagogie 

Des centaines d’arrestations de jeunes, parmi lesquels des mineurs, sont opérées dans la quasi-totalité des wilayas. Ces arrestations, accompagnées souvent de brutalités, sont commises en violation de toutes les lois en vigueur. Des jeunes ont été enlevés en pleine nuit à leur domicile et présentés aussitôt devant la justice sans la moindre information pour les parents ni assistance judiciaire. 

Le RCD condamne avec la plus extrême vigueur les rafles de ces jeunes qui sont d’abord les victimes de la politique d’un système qui s’est imposé depuis un demi-siècle par les fraudes, la corruption, la censure et l’abus d’autorité ; autant de violences qui ont accablé le peuple algérien. 

Au lieu de prendre la mesure du désespoir et de la colère d’une jeunesse oubliée, privée de lieux de loisirs et réduite à se jeter à la mer pour fuir un enfer quotidien, le pouvoir improvise une série de mesures démagogiques, incohérentes et choquantes.

A titre d’exemple, l’exonération de l’IBS n’aura aucun effet sur la baisse des prix puisqu’elle concerne un prélèvement annuel sur le chiffre d’affaire. Cette disposition ne profitera qu’à la production et/ou la distribution. Certes, le jeune algérien, comme beaucoup de citoyens, souffre de la cherté de la vie mais il souffre aussi de hogra, de privations de libertés d’expression et d’association et demande à être reconnu  et respecté dans ses droits et devoirs.

Les mesures annoncées par le gouvernement sonnent comme une insulte qui réduit l’Algérien à un tube digestif. Nos concitoyens ont le droit d’accéder à un pouvoir d’achat décent mais le gouvernement oublie que l’Algérien a aussi une tête et un cœur. 

Dans l’immédiat, le RCD :
1-    Exige la libération totale et inconditionnelle de tous les détenus ;
2-   Appelle l’ensemble des patriotes à rester mobilisés pour donner une traduction organisée et adaptée au soulèvement de la jeunesse ;
3-   Engage son groupe parlementaire à demander un débat général à l’Assemblée nationale sur les véritables origines d’une crise qui déstabilise et ensanglante
la Nation ;

4-   Invite les partenaires de l’Algérie à se garder de tout propos, décision ou démarche pouvant disculper ou réduire la responsabilité du pouvoir en place dans ce nouveau désastre. 

Le RCD entreprend d’ors et déjà des contacts avec toutes les forces politiques et sociales persuadées que la prolongation du statu quo ne peut mener qu’à l’enterrement de l’Algérie démocratique et sociale pour laquelle se sont battues et sacrifiées des générations entières.     

 Alger, le 09 janvier 2011  

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Communiqué du RCD:”L’Algérie ou le régime”

Posté par rcdbrto le 8 janvier 2011

Le secrétariat national du RCD s’est réuni en session extraordinaire le 07 janvier 2011. A l’ordre du jour figurait l’étude et le suivi de la situation sociale et politique dans le pays. Sitôt les premières émeutes enregistrées, le Rassemblement a instruit ses instances régionales, dans le pays comme en émigration, pour mettre en place des cellules de veille.

Le RCD n’a eu de cesse d’alerter, à travers l’ensemble de ses structures, sur la gravité de la crise sociale et politique qui s’éternise en Algérie. La dégradation continue du niveau de vie de l’écrasante majorité de nos concitoyens, notamment les jeunes et les femmes, a provoqué plus de 9000 émeutes en Algérie pour la seule année de 2010. Ces manifestations décrites, à juste titre, comme la conséquence d’une inflation débridée, connaissent aussi des raisons plus profondes.

Lire la suite… »

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Condamnation du P/APC RND de Tizi Rached, la section RCD monte au créneau

Posté par rcdbrto le 6 janvier 2011

Aprés la condamnation du président d’APC RND de Tizi Rached, H. MARICHE  à un an de prison avec sursis et de 200000 DA d’amende par le tribunal de Ain El Hemmam le mardi 21 décembre 2010, suite à une affaire d’attribution illégale de marchés publics et pour cause d’accord de privilèges dans l’attribution.  

La section du RCD a rendu publique une déclaration  au vitriol le 02 janvier 2011.

—————————————————–

Section de  Tizi – Rached

Déclaration

Trois ans après son installation aux commandes de notre APC , l’attelage RND – FLN – indépendant vient d’ « enrichir » son bilan désastreux par l’envoi de son président devant les tribunaux .

Lire la suite… »

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Sur la toile: Les dossiers de la semaine

Posté par rcdbrto le 5 janvier 2011

Source: http://dna-algerie.com/

matoub.jpgAssassinat de Matoub Lounès : Malika Matoub condamnée au profit de Nordine Ait Hamouda

La cour d’appel de Paris a condamné Malika Matoub, sœur du chanteur Matoub Lounès, à 1 euro symbolique dans un procès en diffamation intenté par Amrane Ait Hamouda, dit, Nourredine, député et responsable politique au sein du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). Dans un arrêté rendu le 17 novembre 2010, la Cour d’appel a condamné Malika Matoub à verser un euro pour dommages et intérêts au plaignant. Malika avait accusé en mai 2008 Ait Hamouda d’être trempé dans l’assassinat de son frère tué le 25 juin 1998 sur une route de Kabylie. Douze après  les faits, le crime demeure encore non-élucidé.

cocaineandrazor.jpg Deux enfants de généraux, le fils d’un ex-ministre du FLN impliqués dans un trafic de cocaïne

C’est ce qu’on pourrait appeler une prise de guerre. Les services de sécurité algériens ont récemment démantelé un réseau de trafiquants présumés de drogue dans lequel sont impliqués deux fils de généraux ainsi qu’un rejeton d’un ex-ministre de l’habitat. Le réseau spécialisé dans le trafic de cocaïne et d’héroïne opérait notamment dans le quartier chic d’Hydra, sur les hauteurs d’Alger. La cocaïne est de plus en plus en vogue dans les milieux branchés d’Alger.

Publié dans Justice | Commentaires fermés

Université 2011: persistance dans l’irresponsabilité et l’improvisation

Posté par rcdbrto le 3 janvier 2011

Communiqué

Le deuxième semestre universitaire commence comme s’est terminé le premier : dans la tension, la confusion et l’improvisation.

La contestation qui avait perturbée la rentrée n’aura pas suffi à alerter les responsables.

Au lieu de saisir l’opportunité des vacances pour nouer les fils du dialogue, les autorités de tutelle tablent sur la lassitude en jouant le pourrissement.

Pourtant, en ce début 2011, le système de formation, base de tout processus de développement, connait une évolution alarmante. A ce jour, des filières entières n’ont pas encore été entamées et les diplômes au rabais ne contribuent pas à réduire la lente mais inexorable dégradation de notre université.

Sur tous les plans, les étudiants et les enseignants vivent une situation chaotique.

Les grèves des étudiants, organisées pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de vie (hébergement, restauration, transport…), ne sont, en vérité, que l’expression du marasme dans lequel végète l’université algérienne.

Dans le fond et malgré l’aisance financière du pays, le pouvoir s’obstine à refuser les moyens matériels nécessaires à l’essor d’une université crédible. A titre d’illustration, les dépenses par étudiant sont de l’ordre de 1000 dollars par an en Algérie ; elles devraient être, au moins, dix fois supérieures pour se conformer aux standards internationaux des pays développés.

L’effondrement du système national de formation, son inadéquation avec le marché de l’emploi et la non maîtrise des technologies sont la conséquence directe de choix cyniques dont sont préservés les enfants de la nomenklatura qui, eux, bénéficient de formations spécifiques dispensées à l’étranger au frais de l’Etat.

Pour masquer sa responsabilité dans ce projet irresponsable, le gouvernement improvise des réformes en trompe l’œil. Sans concertation, il met fin au cursus en vigueur, dont il avoue enfin les contre-performances, pour lancer, dans l’improvisation, un système LMD sans pour autant assurer les moyens humains et matériels conditionnant le succès d’une telle démarche.

En supprimant pendant l’année universitaire les concours de magister, le ministère de l’Enseignement supérieur pénalise des milliers d’étudiants intéressés par la post-graduation.

Sous d’autres cieux et dans une économie mondialisée, la recherche est le point nodal de la compétitivité et du progrès social.

Malgré la légitime colère de la communauté universitaire, le pouvoir s’égare dans le maquillage du désastre national, notamment dans l’éducation, en affectant des budgets faramineux aux dépenses de prestige.

Dans ce domaine, plus que dans les autres, le RCD condamne une politique irresponsable qui hypothèque le destin algérien et assure de son soutien les universitaires soucieux de relever leur statut et de restaurer l’autonomie intellectuelle et la performance pédagogique de leur secteur.

Alger, le 03 janvier 2011                                                                                                                               

Le RCD

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

123
 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique