• Accueil
  • > Edito
  • > Direction de la culture : Manipulation, dilapidation et corruption

Direction de la culture : Manipulation, dilapidation et corruption

Posté par rcdbrto le 14 décembre 2010

images.jpgthatre.jpg

L’affaire de la réfection du théâtre communal de Tizi Ouzou à 38 milliards de centimes ne risque pas de s’estomper de sitôt, tant l’indignation est grande chez les citoyens et les élus de la région.

Quand on connaît fort bien le responsable de ce secteur « Ould Doro », qui cumule au mépris des lois de la république, toutes les fonctions du secteur  à savoir : directeur de la culture, directeur de la maison de la culture, directeur par intérim de l’école des beaux arts d’Azazga et directeur de toute infrastructure qui serait nouvellement créée ( radio locale??), il y a matière à donner durablement le tournis aux brigades financières et à la cour des comptes pendant de longs mois. Il cumule en hors la lois, les fonctions d’ordonnateur et d’exécutant des programmes. 

 

L’APW de Tizi Ouzou, par la voix de son président  Mr Belabbas Mahfoud, vient d’annoncer justement l’institution d’une commission d’enquête sur la gestion désastreuse de ce secteur, carrefour de toutes les malversations et  véritable bourse de la corruption à Tizi Ouzou. Les élus exerceront légalement leur droit de contrôle sur un organe exécutif de la wilaya. 

 

La justice qui est en droit et surtout en devoir de s’auto saisir de ce genre d’affaires, reste curieusement inerte. Ce n’est pourtant pas les dossiers évidents qui manquent. La vox populi attribuerait cette inertie, au fait que le directeur de la culture de Tizi Ouzou, bénéficierait d’une immunité due à sa proximité avec son « chef de gang » et 1er ministre, Ahmed Oyahia. Néanmoins cette symbiose née pour la manipulation, la prédation et la dilapidation des deniers publics ne saurait longtemps échapper aux lois de la république. 

 

 

Ce soutien, au plus haut niveau du gouvernement à un individu hors la lois, qui, au mieux devrait être jugé pour des faits avérés et mis en prison, renseigne sur la  déliquescence totale d’un pouvoir tribalisé qui veut se maintenir par l’institutionnalisation de la corruption. C’est aussi, par ce genre d’individus que le premier ministre compte aussi étaler ses capacités de nuisance contre une région insoumise qui le vomit toujours    et qui l’a depuis longtemps rejeté.   

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique