le bureau régional réagit face aux manoeuvres de l’administration

Posté par rcdbrto le 26 juin 2010

ban.png

Bureau Régional de Tizi Ouzou 

Déclaration 

Le wali de Tizi-Ouzou vient de provoquer une réunion informant l’encadrement de la wilaya d’un programme de sortie de son exécutif en vue d’expliquer à la population le programme du chef de l’Etat. Cette initiative appelle plusieurs remarques. 

1-   Depuis la nomination du nouveau ministre de l’intérieur, un certain nombre d’informations éclairant sur les intentions politiques et administratives qui, si elles devaient se traduire en décisions, compliqueraient singulièrement la mission des élus locaux et régionaux. En effet l’annonce du report de la réforme du code communal et wilayal et occultant par lâ même le statut de l’élu, confirme la volonté de continuer à soumettre celui-ci à une administration hégémonique,  réduisant à néant le vote du citoyen. 

2-   Cette tendance se traduit par la décision du wali d’ignorer l’APW dans une intervention supposée évaluer les effets d’un programme qui concerne le quotidien et l’avenir des populations. Le wali de Tizi-Ouzou semble oublier que la première instance de représentation de la population est l’APW et que l’administration dont il a la charge n’est qu’un démembrement de l’Etat destiné à mettre en œuvre les projections étudiées par l’instance délibérante qu’est l’APW.  3-   En envoyant sur le terrain ses collaborateurs pour vanter un programme du chef de l’Etat que personne ne connait, le wali exécute une instruction qui confond propagande et développement. Un programme ne se « vend » pas ; il s’apprécie sur la base de ses résultats concrets. Dans la wilaya de Tizi Ouzou, ces résultats ont pour nom insécurité, délinquance, corruption institutionnalisée, chômage endémique des jeunes, crise des transports et du logement, délabrement du système de santé…etc. Avec 110 milliards de dinars non réalisés et non consommés sur les programmes précédents, le wali et son exécutif ont lamentablement échoué. 

4-  C’est dans ce contexte de contre développement organisé que l’administration louvoie et bloque de façon scandaleuse un projet construit grâce à des financements extérieurs mobilisés par les élus destiné à protéger la santé des citoyens et l’environnement dans une région que la démission des pouvoirs publics ont transformé en poubelle à ciel ouvert. En déclarant que le projet ne subit aucun blocage officiel, le wali commet un aveu révélateur : le fonctionnement de l’Etat est toujours régi par l’opacité. Un blocage officiel a au moins le mérite d’être motivé, c’est-à-dire assumé. En mandatant ses subordonnés pour aller sur le terrain défendre l’indéfendable, le wali confond activisme politique et gestion. 

Par conviction et pour parvenir dans les meilleurs délais à la réforme de l’Etat, par fidélité et loyauté envers les citoyens, le RCD s’engage à combattre tout propos, toute décision, tout acte, et à fortiori, toute stratégie attentant au développement et à la sécurité de notre région. La wilaya comme tout démembrement de l’Etat devrait apprendre à travailler dans les limites de leurs prérogatives et à respecter les représentations démocratiquement élues par la population.

Ce combat est un droit et un devoir. Nous le mènerons jusqu’au bout. 

Vive l’Algérie démocratique et sociale, vive la Kabylie. 

Tizi Ouzou le 26/06/2010

 

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique