Commémoration 51éme anniversaire de la mort du Colonel Amirouche

Posté par rcdbrto le 29 mars 2010

imag0200.jpg

C’est dans une ambiance très chaleureuse et fraternelle qu’a eu lieu ce vendredi 26 mars la conférence qui marque à la fois le début des festivités commémoratives du 51 anniversaire de la mort du colonel Amirouche et la sortie du livre très attendu du Dr Sadi, intitulé « Amirouche, une vie, deux mort, un testament ». De nombreux invités et anciens maquisards ont pris part à cette conférence.

imag0190.jpg

Précédant le Dr Sadi, les compagnons d’arme du vaillant chef et héros de la wilaya III, Rachid Adjoud et Tahar Bouzeghoub respectivement secrétaire du colonel et étudiant envoyé en Tunisie pendant la guerre par Amirouche, ont fait un bref témoignage sur ce qu’a été l’homme tel qu’ils l’ont  connu et apprécié au point que les larmes étaient difficile à retenir. Ils avaient déclaré à l’assistance que le chef de la région de Kabylie avait une conviction inébranlable et il n’avait jamais douté un seul instant de l’indépendance de l’Algérie, avant d’ajouté que « c’est la wilaya III et particulièrement le colonel Amirouche qui a structuré toutes les autres wilayas ».

imag0186.jpg

Prenant la parole à son tour, le Dr Sadi, dans une salle archicomble, retrace le parcours de la bette noire du colonialisme français en soulignant ses qualités humaines, militaires et surtout politiques, c’est un véritable « homme d’Etat » déclare le conférencier. Il indique que c’est grâce au colonel Amirouche que la wilaya III s’est structurée et à travers elle les autres wilayas. C’est aussi grâce à lui que la tenue du premier congrès de l’Algérie était rendue possible, il précisera que « Amirouche avait mobilisé 3 000 soldats pour des opérations de diversion et 500 hommes pour une protection directe du congrès de
la Soummam, et si celui-ci a permis une mise en perspective politique de la nation, c’est d’abord grâce à Abane et Amirouche ».
 

imag0200.jpg

Fidèle à lui-même et toujours avec son franc-parler habituel, le président du RCD  aborde la falsification de l’histoire officielle et du patrimoine mémoriel national, il note que « si l’armée coloniale a privé l’homme du Djurdjura de vie, Boumediene l’a interdit de mort ». Dans le même sillage, le Dr Sadi relève que la propagande du régime n’a pas épargnée Amirouche même mort. L’histoire de l’opération de la bleuité qui avait pourtant touchée presque toutes les autres wilayas est manipulée et utilisée pour discréditer celui qui a libéré le pays. L’auteur réhabilite le colonel à travers des témoignages réunis auprès des acteurs de l’époque, pour preuve, il cite l’école de formation de la wilaya III ouverte à Tunis pour y accueillir les étudiants et les jeunes de l’intérieure pour formations et études.

En fin, l’intervenant insiste sur les menaces que font peser les mensonges et les contres vérités sur le destin d’une nation. Il estime à ce sujet que cela a ouvert la voie aux autres dérives à savoir les assassinats politiques, le détournement de la richesse nationale et surtout la confiscation de la volonté populaire par les fraudes électorales. En tout cas, le livre du Dr Sadi promet d’être explosif en rapportant des révélation inédites et en s’attaquant aux manipulations de l’histoire par le régime «Mon droit et mon devoir, c’est de chercher à comprendre et à contribuer à faire éclater la vérité ».

  imag0209.jpg

Durant la matinée du samedi 27 mars à eu lieu une cérémonie de recueillement et de dépôt de  gerbes de fleurs sur la tombe du colonel  au carré des martyrs de Tassaft Ougemoun en présence du Dr Sadi et de plusieurs personnalités politique et des amis de lutte du colonel.

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique