• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Activités du RCD

Posté par rcdbrto le 28 janvier 2010

sadiparis.jpg

Sadi à Paris : colloque, Amnesty, Quai d’Orsay, UMP et organique
Le président du RCD a effectué un séjour de trois jours dans la capitale française à l’invitation de la gauche moderne qui organisait le 23 janvier un colloque autour du thème « les gauches face à la crise ».
Outre le ministre français Jean Marie Boucke, des expe…
 

 image1.gif

Le SNPSP et le SNPSSP reçus à l’APN à la demande du RCD
La commission santé et affaires sociales de l’Assemblée nationale a reçu, dans la journée du 26 janvier, les deux syndicats représentant les praticiens, généralistes et spécialistes, de la santé publique, le SNPSP (syndicat national des praticiens de santé publique) et … 

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

APW de Tizi-Ouzou : Mahfoud Belabas succède à Mohamed Ikarbane

Posté par rcdbrto le 27 janvier 2010

p04900121.jpg

L’APW de Tizi-Ouzou a procédé, hier, à l’élection de son nouveau président en la personne de M. Mahfoud Belabas, seul candidat à se présenter pour remplacer l’ancien président, M Mohand Ikarbane, élu sénateur lors des élections de renouvellement partiel du Sénat qui ont eu lieu le 29 décembre dernier.  Mr Belabas Mahfoud a obtenu 25 voix sur les 32 exprimées.  

 

Le bureau régional tient à saluer le nouveau président d’APW en lui souhaitant  bon courage et par la même occasion rend un vibrant hommage au groupe RCD à l’APW.

Publié dans Activités de l'APW. | Commentaires fermés

Déclaration de la section RCD de Ain Zaouia

Posté par rcdbrto le 24 janvier 2010

ban.png

Après le blocage de l’APC de Ain Zaouïa dans la daïra de Draa El Mizane, suite à la dissolution de l’exécutif FFS-RCD par le président d’APC/FFS en date du 05/11/2009. Cette dissolution validée par le chef de daïra (l’administration) en date du 30 novembre 2009, soit deux mois après, en violation des délais réglementaires prévus par le code communal. Un autre fait démontrant toute la légèreté, l’irresponsabilité et les reniements d’un maire vis-à-vis de ses paires élus est que cette dissolution a été boycottée par les élus de sa propre formation politique. Pour rappel, après le blocage de l’APC de Ain Zaouïa au lendemain des élections locales du 29 novembre 2007. Le RCD avait la préoccupation majeure d’éviter  à la commune  les supplices d’un blocage préjudiciable à son développement. C’est suite à un contrat moral et publique pris devant les citoyens que le RCD a rejoint l’exécutif communal.

Le RCD Ain Zaouïa a rendu public une déclaration datée du 22/01/2010 que voici intégralement. 

ban.png

Section de Ain Zaouïa 

Déclaration 

Deux mois après la décision de dissolution de l’exécutif   FFS-RCD de notre commune, prise de manière unilatérale par le président d’APC en date du 05/11/2009, dans la précipitation et dans une totale insouciance des attentes et des aspirations des citoyens. La situation socio-économique dans notre localité ne cesse de se dégrader depuis. 

Par cet acte de reniement, arbitraire, délibéré et irresponsable qui survien en fin d’année. Période déterminante pour l’avenir de toute institution, le P/APC a pris en otage toute initiative  portant prémices d’un changement. Bafouant les règles de gestion transparentes et participatives d’une part et paralysant toute activité de développement de la commune d’autre part. 

C’est la première fois dans les annales que l’on dissous un exécutif communal pour se défaire d’un élu du RCD accusé tout bonnement de « bonne gestion ». 

Au lendemain des élections, le RCD avait la préoccupation majeure d’éviter à notre commune les supplices d’un blocage et devait apporté un plus en se mettant publiquement au service de nos concitoyens et du développement de notre commune. 

Pour cela le RCD est resté fidèle à son engagement pris devant les citoyens malgré les difficultés rencontrées dans l’exercice de notre mission et a apporté un plus dans la gestion de notre APC. L’opinion publique en est informée et a pris acte. 

Le président d’APC a opté pour la dissolution de l’exécutif communal au lieu d’œuvrer à le consolider. Il est seul responsable de cette situation. Son départ est salutaire  pour le devenir et  le développement de la commune.

 Ain Zaouïa : le 22/01/2010

La section RCD 

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

Activités des parlementaires du RCD

Posté par rcdbrto le 21 janvier 2010

1.jpgles parlementaires RCD en compagnie d’une mission d’information de l’ONU.

Grève des praticiens de santé publique :le député M.Boudarene interpelle le ministre de tutelle Le 10 janvier 2010, le groupe parlementaire du RCD a reçu à l’Assemblée nationale, à leur demande deux syndicats autonomes représentant les médecins généralistes de santé publique, le SNPSP (syndicat national des praticiens de santé publique) et les médecins spécialiste…Lire la suite 

2.gif le député Atmane Mazouz

Le RCD interpelle le ministre des finances

Le député RCD, Atmane Mazouz, a interpellé le ministre des finances sur la question des dépôts algériens à l’étranger. Voici le contenu intégral de la question orale qu’il a déposé auprès du bureau de l’Assemblée nationale    lire la suite….

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Le cnapest et l’unpef enterrent l’UGTA à Tizi-ouzou

Posté par rcdbrto le 21 janvier 2010

cnapest.jpgPhoto: http://www.presse-dz.com

Source: El Watan:   Tizi Ouzou. Les enseignants dans la rue.

Ils étaient plus de 8000 enseignants à répondre, hier, à l’appel à la marche lancé conjointement par l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef) et le Conseil national autonome des professeurs d’enseignement secondaire et technique (Cnapest).

En dépit du mauvais temps de cette matinée, un rassemblement a été tenu devant le bâtiment de la direction de l’éducation. Les enseignants ont assisté à une prise de parole des représentants des deux syndicats. A travers cette action de rue, les travailleurs demandent le règlement immédiat des situations financières restées pendantes depuis la centralisation de la paie, mais confirment aussi leur capacité de mobilisation et leur représentativité sur le terrain dans le milieu éducatif. « Nous sommes venus ici pour réclamer ce qu’ils nous doivent en salaires, en primes et en allocations depuis 2001 à ce jour. Depuis la centralisation du traitement des paies des travailleurs de l’éducation, la situation est devenue chaotique », a déclaré M. Chaâlal, coordinateur local du Cnapest. De son côté, M. Sarni, représentant de l’Unpef, a affirmé : « L’académie de Tizi Ouzou n’arrête pas de nous promettre de régulariser nos situations financières et administratives, mais nous attendons toujours que ces promesses soient traduites en actes. »

La procession des marcheurs a démarré du siège de l’académie à 10h30 pour aboutir devant le siège de la wilaya en passant par la rue de la Paix et la rue Houari Boumediene. Une délégation des manifestants a été reçue par le wali, a-t-on appris auprès des syndicats. Le chef de l’exécutif de wilaya s’est dit au courant du dossier et s’est s’engagé, selon M. Sarni, à voir le ministre en personne en vue de débloquer un crédit spécial pour le recouvrement des situations financières. Pour sa part, la direction de l’éducation rejette la balle dans le camp du Trésor public, selon un communiqué transmis à la presse, où il est fait état de la situation des arriérés de salaires. Un tableau indique que 3813 dossiers sont toujours en attente d’être visés avant le paiement par le Trésor public. Ainsi, 2226 situations seulement ont été réglées sur un total de 6039 dossiers. Le mot d’ordre de grève a été suivi à 90% à travers la wilaya de Tizi Ouzou, selon les syndicalistes.

Par Nordine Douici

***************************************************

Source:Le soir d’Algerie

Ils étaient près de 10 000 travailleurs du secteur de l’éducation à répondre, dans la journée d’hier, à l’appel à la marche lancé par l’Umpef et le Cnapest pour exiger la prise en charge de nombreuses revendications socioprofessionnelles.
Tous les corps professionnels représentant les trois paliers de l’éducation ont participé à cette marche qui a pris pour point de départ le siège de la Direction de l’éducation pour prendre fin devant celui de la wilaya où une délégation composée de représentants locaux des deux syndicats a été reçue par le wali. «Non à l’incompétence, non au mépris, oui à une meilleure gestion des situations financières des travailleurs » ont été les principaux slogans scandés lors de cette marche. Des slogans qui traduisent l’exaspération des enseignants du secondaire, tout comme ceux du moyen et du primaire ainsi que d’autres fonctionnaires et agents du secteur par ce qu’ils qualifient de «dysfonctionnements divers» dans la gestion des affaires des travailleurs par la direction de tutelle. Les protestataires pointent du doigt «la mauvaise gestion des carrières, l’accueil dégradant des travailleurs au niveau de la Direction de l’éducation, l’organisation défaillante des examens et concours professionnels, l’insécurité au sein des établissements, le piston…» Il s’agit d’une longue liste de récriminations qui sont à la base de la mobilisation et de l’imposante marche d’hier et qui a été exposée par la délégation de syndicalistes du Cnapest et de l’Umpef au wali qui «a promis, dira M. Sarni de l’Umpef, de transmettre les doléances des travailleurs au ministre à qui il demandera de débloquer les crédits nécessaires à l’assainissement des situations financières pendantes». Dans leur déclaration commune, les deux syndicats n’ont pas manqué de stigmatiser «le mutisme de l’éducation malgré les promesses faites à plusieurs reprises de régler les situations restées pendantes depuis la centralisation de la paie». Selon un document transmis par la Direction de l’éducation à notre journal, le nombre de situations concernées par la régularisation s’élève à 6 039 pour un montant global de 289 107 890,22 DA. L’ensemble de ces dossiers, précise ledit document, a été visé et transmis au Trésor public pour payement. Une déclaration qualifiée de «fausse» par le secrétaire général de l’Umpef de la wilaya de Tizi-Ouzou, qui précisera que le wali a été également saisi sur «le refus du directeur de l’éducation d’ouvrir le dialogue avec les syndicats représentatifs et qui l’ont prouvé à travers la mobilisation et la marche d’aujourd’hui». Une mobilisation que les deux syndicats promettent de rééditer dans une semaine si leurs doléances, notamment le déblocage des situations financières, ne sont pas prises en charge.
S. A. M.

Publié dans Actualités. | Commentaires fermés

Communiqué

Posté par rcdbrto le 19 janvier 2010

ban.png

Le bureau régional réunira les présidents des sections locales, ce vendredi 22 janvier 2010  à  10h00 au siége régional.

Ordre du Jour:

  • Compte rendu des résolutions de la 8éme session du conseil national.

  • Programme d’activités pour l’Année 2010.

  • Redéploiement  organique.

  • 21 anniversaires du RCD.

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

2010 : proximité, formation, surveillance internationale

Posté par rcdbrto le 19 janvier 2010

Résolutions du Conseil national du 16 janvier 2009:

cn160110.jpg
Le RCD a tenu son conseil national ordinaire le 16 janvier à ALGER. La première cession de l’année 2010 a eu à étudier : 

 ·        le bilan de l’année 2009 ;  

·        la situation politique nationale et internationale ; 

 ·        la situation organique ;  

·        le programme pour l’année 2010 ;  

 En matière de bilan, le conseil national a retenu que l’année 2009 a été celle de la massification des abus et des régressions éthiques et politiques. L’élection présidentielle qui a vu un candidat violer la constitution pour imposer une présidence à vie annonçait l’aggravation de l’opacité et de la gabegie qui ont mené à la ruine actuelle. Tout en s’occupant à animer la scène nationale grâce, entre autres à l’organisation de son université d’été et les journées nationales de la jeunesse, le RCD a fait face à cette situation dans l’adversité et la censure aussi bien lors de  la révision de la constitution que pendant la campagne électorale.
Si la corruption a atteint de telles proportions,  c’est par ce que le premier vol et le plus grave de tous- celui qui dépossède le citoyen de son droit sacré- est commis dans une indifférence et une complicité dont s’accommodent de nombreux acteurs politiques et sociaux. Le RCD est plus que jamais persuadé que nul ne peut feindre d’être surpris et encore moins de se désoler du marasme actuel s’il assiste passivement au détournement de la volonté populaire.
A ce propos, si le RCD considère comme bienvenues les interpellations en chaîne qui marquent la scène économique ; il demeure résolu à approfondir le débat car ces dernières ne manquent pas de soulever de sérieuses questions.
Pourquoi  des scandales aux conséquences économiques désastreuses ont-ils été tus jusque là alors qu’ils étaient connus de tous ? Le RCD dénonce depuis plusieurs années, dans l’enceinte parlementaire ou ailleurs, la particularité du statut de  SONATRACH  qui empêche toute instance d’accéder au contrôle de sa gestion sans que cela n’ait trouvé le moindre écho. Le moment choisi  et les éventuels objectifs que vise cette opération posent de légitimes interrogations qui doivent trouver leurs réponses si l’on veut enfin soustraire la gestion du pays aux luttes d’influence dans le sérail qui prennent en otage le développement national. 
Lors de la dernière cession parlementaire, les députés du RCD, attaquant frontalement une loi des finances destinée à cautionner une politique de prédation, ont provoqué des incidents qui ont abouti à une suspension de séance. Dans d’autres pays cet évènement aurait été à la une de tous les média. Tout se passe comme si un compromis mou avait réduit la légitimité de l’activité politique au seul  périmètre fixé par le système en place. Le conseil national du RCD considère que l‘opacité actuelle et son traitement occasionnel pose à la fois le problème de transparence dans la gestion des affaires publiques et celui de l’indépendance de la communication.
L’urgence n’est plus à l’exploitation des dérapages, hélas graves et nombreux, de responsables ou d’appareils pour opérer des reclassements claniques mais de donner sa chance à un pays qui sombre chaque jour un peu plus dans la gabegie, le discrédit et l‘instabilité.
Les protestations  qui explosent partout dans le pays et qui n’épargnent aucune catégorie sociale sont le signe d’un malaise qui soulève les problématiques de la redistribution de la richesse nationale et  de la libre représentation des travailleurs. Les manipulations qui caractérisent certaines de ces actions ne sauraient en évacuer la légitimité ou la profondeur.
Au plan international, le RCD observe que la voix et l’image de l’Algérie se perdent dans le néant. Quand des voix officielles  s’élèvent, c’est pour s’abîmer dans une cacophonie révélant l’absence de vision et de concertation. Cela s’est encore vérifié à l’occasion du sommet de Copenhague où des membres du gouvernement ont délivré des analyses différentes voire contradictoires sur le même sujet.
L’inscription de l’Algérie sur la liste des pays susceptibles d’être à l’origine des grands risques terroristes signe la fin de la politique des manipulations  d’un dossier aussi sensible que celui de l’extrémisme religieux et de la légitimité du pouvoir politique.
Les scandales financiers chroniques et l’impunité dont jouissent les premiers responsables des secteurs concernés, la crise sociale qui saigne la nation en poussant à l’exil les jeunes et les cadres, l’affaissement de notre système de formation, l’insécurité qui s’étale à travers la délinquance, la censure et le tribalisme qui mine les institutions sont autant de signaux qui dévoilent l’extrême fragilité de l’Etat et les divisions potentielles qui pèsent sur l’unité nationale.
La solution à un tel désastre ne saurait être trouvée dans les manœuvres visant à rééquilibrer les castes composant un système qui  est à l’origine de la faillite actuelle. Pour l’instant, c’est malheureusement sur cette éventualité que spéculent de nombreux segments politiques et sociaux du pays.
Pour continuer son combat en faveur d’une alternative démocratique, le RCD se fixe comme objectifs prioritaires pour 2010, l’élargissement de sa base organique par une campagne méthodique de recrutement et de  formation dans le pays et l’émigration pour mieux armer son collectif militant et le développement de la communication de proximité, notamment en direction des jeunes et des femmes dans une période qui ne manquera pas de voir se précipiter les pressions, les censures et autres manœuvres de désinformations. Sur un plan plus politique, le RCD déclinera sa proposition de Refondation nationale en affinant sa réflexion dans les domaines économiques, administratifs et institutionnels.
Mais pour le RCD, la première des urgences dans le pays est de mettre un terme aux fraudes électorales qui empêchent depuis l’indépendance le peuple algérien de se donner des représentants et des institutions légitimes librement choisis. C’est sur le sujet de la surveillance internationale massive et qualifiée des élections  que le Rassemblement déterminera ses alliances et qu’il se redéploiera sur la scène internationale.   

Publié dans Résolutions CN | Commentaires fermés

APC de M’kira à l’heure des bilans

Posté par rcdbrto le 19 janvier 2010

fahem.jpg Fahem med Chrif P/APC de M’kira.

La salle de délibération de l’APC de M’KIRA, a abrité une rencontre ce vendredi 15 janvier 2010, organisée par le président de l’APC de M’KIRA,  Mr FAHEM Med Chrif    et qui a regroupé les élus locaux, le représentant des services forestiers Mr SMAIL H avec  l’ensemble des présidents des comités de villages, les présidents associations et les citoyens de la commune.

La rencontre, avait pour objectif, la vulgarisation et les explications nécessaires pour la constitution des PPDRI dans les différents villages de la commune et  la présentation du  bilan annuel 2009 de l’APC- RCD de M’kira  dans les traditions  de la gestion solidaire et transparente du RCD.

Mr Fahem Med Chrif, président de l’APC a ouvert la séance en souhaitant la bienvenue aux présents et en les remerciant d’avoir répondu à l’invitation. Il  rappelle à l’assistance   les résultats des PPDRI déjà réalisés sur le sol de la commune, leur importance dans   le développement locale (désenclavement, agriculture vivrière, petits élevages et création d’emplois) et présentât un état et un explicatif détaillés pour permettre aux villageois de constituer de nouveaux PPDRI. Le représentant des services forestiers Mr Smail, pour  sa part a donné toute l’orientation nécessaire, allant de la constitution des dossiers, leurs suivis et prise en charge par son secteur et cela pour l’aboutissement rapide des PPDRI.

222876318.jpg Vue d’un village de M’kira

Un riche débat autour de cette question importante dans l’amélioration de la vie quotidienne des citoyens des régions de montagnes s’en suivi et durant lequel  toutes les questions, demandes d’information ont trouvé réponses. Le  président d’APC a exhorté les présents  à renforcer l’organisation des comités des villages en leurs  demandant de lui faire appel   à chaque fois que de besoin et se dit disponible à rencontrer les citoyens  lors des assemblées générales des villages pour débattre directement  avec eux, recenser leurs doléances et répondre  à toutes leurs questions.  Il est a noter  que le président de l’APC de M’KIRA, Mr Fahem Moh Chrif a depuis son installation à la tête de la municipalité, privilégié la communication directe avec les citoyens et ce en en prenant part aux AG  des villageois.

Le président  d’APC  présentât ensuite le bilan de son APC pour l’exercice 2009. Il passa en revue le budget alloué à la commune dans ses volets fonctionnement et équipement ainsi que l’ensemble des réalisations de l’APC dans le cadre des PCD (Plans communaux de développement). Il informa les présents des projets engages dans le cadre des PSD (plan sectoriels de développement). Dans son exposé, Mr Fahem Med Chrif tout en précisant l’insignifiance des enveloppes allouées dans le cadre des PCD (en comparaison aux autres wilaya) qui  ne permet en aucun cas de répondre aux besoins de l’ensemble des villages, explique que l’APC a inscrit et réalisé les projets vitaux et urgents comme l’AEP, l’éclairage, l’assénement et la réfection des chemins communaux… Les élus du RCD ont atiiré l’attention des présents sur les retards considérable des projets d’amélioration urbaine (driver par la wilaya) pourtant lancés depuis 2007 et qui reste à ce jour au stade théorique. Ils précisent aussi que de ce fait, les APC ne peuvent prendre en charge les périmètres urbains inscrit dans ce cadre.

Sur un autre plan le président d’APC de M’kira  a rendu compte  aux présents des avancés réalisés dans le cadre de l’habitat rural, de la réfection des écoles et de la prise en charge des projets destines à l’absorption de l’habitat précaire. Durant les débats, les intervenants qui étaient unanimes à encourager et à soutenir les méthodes saines et transparentes de gestions des élus RCD, ont exposé leurs préoccupations majeures.

Après prés d’une heure de débats fructueux, Mr Fahem Med Chrif, premier magistrat de la commune a invité l’ensemble des présents à s’impliquer davantage dans la gestion des affaires de la commune et à travailler en étroite collaboration avec leurs élus afin de résoudre le plus grand nombre de problèmes quotidiens et améliorer ainsi le cadre de vie des villageois!

 

Publié dans Bilans APC | Commentaires fermés

Réunion du Groupe APW-RCD

Posté par rcdbrto le 17 janvier 2010

ban.png

Le bureau régional réunira aujourd’hui le groupe APW-RCD pour examiner la situation après  la victoire du RCD lors de l’élection des membres du conseil de la nation du 29 décembre 2009. Pour rappel, le président d’APW Mr Ikarbane Mohamed est élu membre du conseil de la nation a quitté ses fonctions au sein de l’APW de Tizi-ouzou depuis son installation  au conseil de la nation le 10 janvier dernier.  C’est Mr Belabes Mahfoud, président de la commission jeunesse, sport et loisir, qui lui succédera à la tête de l’APW.  L’APW, connaîtra également l’arrivée au sein du groupe RCD de Mr Haroun Mouloud 17eme sur la liste RCD.

 

L’occasion aussi pour le groupe d’examiner également, les réaménagements et dispositions induites par ce changement.

Publié dans Communiqués | Commentaires fermés

commémoration du 10éme anniversaire de la mort Said IAMRACHE

Posté par rcdbrto le 5 janvier 2010

ban.png

INVITATION

Le bureau régional de Tizi-ouzou et la section de Timizart invitent les militants et les élus du RCD à venir assister à la commémoration du 10éme anniversaire de la mort de notre militant IAMRACHE Said  et la célébration du nouvel an AMAZIGH qui aura lieu le 12 janvier 2010 au centre culturel « Youcef OUKACI » De Timizart.

Le RCD fêtera également la victoire de Mr IKARBANE Mohamed à l’élection de renouvellement des membres du conseil de la nation.

Programme :

09h00-12h00 : -Exposition des œuvres de Said IAMRACHE et Projection vidéo sur la vie de Said IAMRACHE et son parcours au sein du RCD.

12h00- 14h00 : Couscous de Yénnayer

14h00-17h00 : Conférences et témoignages sur la vie et le parcours de Said IAMRACHE.

 Soyez les bienvenus

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

 

les pensées doubles de Caleb |
Mareil Autrement |
Etudiants du lycée Bertran ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Section du Parti socialiste...
| Le Nouveau Centre Montbard
| MARS Centrafrique